Old Town: son Château et son Palais.

Malgré que je me sois pas posé d’impératifs pour la journée, je sors quand même pas trop tard de l’auberge (difficile de dormir après 8h depuis que je suis en écosse).

 

Première étape de la journée, le château d’Edimbourg, qui n’est vraiment pas loin d’où je suis là, mais il n’empêche qu’il y a une sacrée côté à monter pour l’atteindre (Edimbourg oblige). Dimanche oblige, l’entrée est fréquentée par beaucoup de touristes, je mets un peu de temps à acheter mon billet et à entrer.

La visite durera au moins deux bonnes heures (on peut rester beaucoup plus longtemps en s’attardant à lire tout ce qu’il y a dans les quelques musées). Pour l’instant, c’est le meilleur château à visiter pour moi en écosse, il est très bien conservé et il n’y a pas que le château à voir et à visiter, il y a d’autres bâtiments comme les prisons à voir, il y a aussi beaucoup d’objets d’époque à voir, très bien conservés. Le mieux, c’est quand même la salle de banquet, avec ses armures et ses armes et le magnifique mémorial (où on a pas le droit de prendre des photos, tout comme avec la salle où il y a les joyaux de la couronnes d’écosse).

Une fois la visite finie, je suis un parcours trouvé dans mon guide, qui me fait d’abord revenir à mon point de départ, je pars envie vers l’ouest dans la rue Grassmarket, où il y a justement un marché. Juste avant d’y aller, je me prend une petite glace à la mangue bien utilise avec les températures plus chaudes de la journée. Le marché n’étant composé que de quatre/cinq stands, il se traverse vite, je m’attarde quand même sur le stand de cd où je me trouve quelques CD pas très écossais. Je poursuis ma route vers l’ouest par West Port, je contourne le quartier, via Lady Lawson et Lauriston pour arriver dans une partie plus moderne et moins jolie à voir.

Arrivé à une intersection avec Forrest Road, je monte vers le nord (déjà plus joli et plus ancien) à la recherche du fameux Elephant House, un resto/bar où la célèbre J.K.Rowling aurait écrit ses livres avant qu’Harry Potter devienne célèbre. J’en profite pour en faire mon point de chute pour mon repas de midi, j’y prend un semi-pizza et du thé Darjeeling et je m’y fait un place tant bien que mal.

Une fois le repas fini, je reviens un peu en arrière pour partir légèrement à l’est à la recherche du Surgeons Museum, un musée de l’horreur sur la chirurgie au moyen âge. Malheureusement, je tombe au mauvais moment puisqu’il est en rénovation pour encore une bonne année. Du coup, je reviens du côté du Elephant House, mais cette fois pour descendre par Candlemaker Row pour arriver comme par hasard devant l’auberge où je loge. Je continue ma balade en remontant Cowgate jusqu’à arriver à une intersection avec la Mary’s Street. De là je rejoins High Street/Royal Mile, la rue qui débute au château d’Edimbourg pour aller jusqu’à Canongate Street, mais à un endroit que je n’ai pas encore vu et je vais jusqu’au bout. Avant de poursuivre par Canongate, je fais un petit détour, qui ne s’avèrera  pas intéressant, par East Market.

De là, je vais jusqu’au bout pour aller visiter le Palace of Holyroodhouse, un palais qui est connu pour être le lieu où logeait Mary Stuart et au passage où a été assassiné son majordome. Il commence à se faire tard (les visites s’arrêtant à 16h30), donc je ne traine pas pour prendre mon billet et entrer dans l’enceinte du palais.

Heureusement, en ne prenant pas l’audio-guide, la visite se fait assez vite pour admirer les différentes pièces (d’autant, qu’il est interdit de prendre des photos en intérieur), un peu moins impressionnantes que le château, surtout à cause des tapisseries qui ont eu un peu de mal à résister au affres des siècles. Ca se finit par les ruines de l’abbaye Holyrood, vraiment jolie à voir malgré tout et par le jardin, assez classique pour un jardin écossais, mais joli quand même.

Il me restait Holyrood Park à faire, mais commençant à fatiguer, je me sentais pas d’aller faire de la grimpette à cette heure de la journée. C’est pas grave, j’ai aussi zappé quelques lieux de Royal Hill et si j’ai pas le temps de tout visiter d’ici mon départ, ça peut servir de prétexte pour un nouveau passage à Edimbourg, qui sait.

Enfin, je rebrousse chemin via Royal Hill et Mary’s Street pour rentrer à l’auberge.

Edimbourg, une ville pas si vieille que ça.

Cette fois encore, départ assez tardif de l’auberge de jeunesse, direction la gare routière pour prendre le bus vers ma dernière destination écossaise, Edimbourg. Le voyage fut long (longue distance oblige), mais ce ne fut que le début parce qu’il fallait ensuite aller jusqu’à l’auberge de jeunesse où je logerais pendant les 4 prochaines nuits.

Et ce ne fut pas une partie de plaisir, je commence déjà par sortir par la mauvaise sortie de la gare routière, qui pars vers le nord. Je trouve quand même un plan qui m’aide plus que celui que j’avais pour une fois et je fais demi tour pour aller dans la bonne direction. Je redécouvre les affres de se trimballer avec une grosse valise en plein milieu d’une capitale, avec ce que ça sous entend en terme de flux de personnes au mètre carré et de gens qui se croient tous seuls dans la rue. Au final, je me reperdrais une autre fois, en allant un peu trop loin et j’ai fini quand même par arriver.

 

Une fois le check in fait, j’amène mes imposantes affaires dans ma chambre et me pose pendant une bonne heure, histoire d’installer un peu mes affaires et surtout de me reposer.

A ce moment-là, on était en fin d’après-midi et je ne pensais même pas faire d’article pour la journée, mais c’était sans compter sur ce que j’avais vu sur le chemin, qui a de quoi donner envie de s’y balader et de prendre des photos. Du coup, je suis sorti pour aller me balader un peu dans Old Town, où je loge.

Il y a pas à dire, ils assurent les écossais en architecture. Edimbourg, enfin la partie Old Town, c’est vraiment fou en terme d’architecture, j’adore aussi le mélange entre vieilles bâtisses et magasins plus modernes et c’est très animé sur l’avenue principale, il y a une animation de rue tous les vingt mètres.

 

Bon, par contre, j’ai pas suivi un parcours logique (je me rattraperais pendant un, voir même deux des autres jours où je prévois de faire une visite plus longue de le ville et je pense m’attarder plus sur certaines bâtisses en espérant que le soleil ne soit pas contre moi cette fois), je suis allé me perdre pour finir du côté New Town (juste au nord de Old Town), qui a aussi son lot d’énormes bâtiments à l’architecture impressionnante et j’en ai profité pour aller choper les horaires de bus et de train en vue d’un voyage en dehors de la ville.

J’ai fini par retourner à Old town pour me chercher un resto avant de rentrer, j’en ai trouvé un qui fait du haggis, mais il était trop bondé. Du coup, je me suis rabattu sur une pizzeria (les autres resto de la même rue ayant des vigiles à l’entrée, j’ai pas trop osé tenter d’entrer).

Bazpackers Inverness.

Sans plan le lieu en lui-même peut-être difficilement trouvable pour qui ne connait pas la ville, mais une fois ce problème réglé il ne faut pas si longtemps que ça pour aller de la gare routière jusqu’à l’auberge de jeunesse.

 

Dans la droite lignée des bonnes auberges de jeunesse, on se retrouve avec tout le nécessaire pour vivre, la salle en commun est vraiment très jolie et cozy, tout comme la mini bibliothèque, dont je n’ai pas pu profiter, faute de comprendre assez l’anglais et d’avoir assez de temps pour bouquiner, qui a une jolie vue sur le « jardin ». En parlant de vue, il faut quand même signaler celui des chambres du rez-de-chaussée, qui donnent sur la River Ness, la cathédrale St Andrew et en regardant vers la droite, le château d’Inverness.
Une seule chose à dire sur les douches, c’est qu’il manque un petit endroit pour poser ses affaires, parce qu’accrocher ses vêtements ne suffit pas pour moi, surtout avec le fait que le sol des douches est en un bloc, donc un accident peu très vite arriver.

 

Du côté du personnel, j’ai surtout eu à faire à un français, mais il n’a rien à envier aux écossais, les qualificatifs que j’ai utilisé pour décrire les écossais sont valables pour lui.

La chute des foyers.

S’il y a bien une journée qui devait être calme, c’est bien celle-ci. Déjà je fais le départ le plus tardif de mon séjour pour aller prendre un bus en fin de matinée.

Bus qui, qui plus est, à un petit problème de propreté, donc direction je sais pas où pour aller laver ce qui devait être une déjection avant de pourvoir le prendre direction Foyers, une petite ville à flanc de montagne situé sur l’autre rive du Loch Ness, un peu plus au sud par rapport à Urquhart Castle.

 

A la base, je voulais faire une rapide visite de la ville et faire une balade entre cette dernière et Dores, qui est plus au nord, mais au vu de l’état de la route pour les piétons, de l’heure trop tardive pour avoir le temps de faire le chemin avant l’arrivée du dernier bus de la journée et vu comme ils roulent comme des fous dans les environs, j’ai préféré modifié mon programme.

Avant de mettre en application mon plan b, je pars à la recherche d’un resto pour aller manger, chose vite faite puisqu’il n’y en a qu’un où je suis.

Une fois le repas fini, je n’ai qu’à aller en face pour aller voir les Falls of Foyers, qui comme son nom l’indique est une chute d’eau, mais pas que puisque c’est aussi un grand espace pour faire une petite balade jusqu’à la partie basse de la ville. Bien évidemment, je commence comme tout le monde par aller voir cette fameuse chute d’eau en descendant une longue série d’escaliers. Ensuite, je remonte un peu jusqu’à l’unique intersection pour m’engager sur l’autre voie qui permet de se balader dans les bois. Le sentier est très bien balisé jusque-là et il n’y a qu’à le suivre pour pouvoir voir les lieux sous différents angles. Petit à petit, on peut voir une rivière en contrebas où débouchent les chutes (il y en a d’autres plus loin moins visibles) et les plus aventureux (et acrobates) peuvent même s’en approcher de très près.

Un peu plus tard, j’arrive du côté de la partie basse de la ville, je cherche la suite du sentier, mais ça ne débouche que sur un pont qui est fermé. Du coup, je descend encore plus bas pour rattraper le sentier ailleurs et je finis par trouver un sentier qui va en plein milieu d’une forêt et qui semble être un bout de celui qui est sur le plan, que j’ai bien fait de prendre en photo. J’arrive juste devant le Loch Ness, que je finis par longer avec le sentier pour déboucher sur ce qui a l’air d’être une centrale d’épuration des eaux.

 

Je la contourne en revenant plus sur les terres pour trouver la suite du sentier qui grimpe vers la montagne, je tombe enfin sur un autre plan qui me confirme que j’étais bien sur le bon chemin depuis que j’ai rattrapé le sentier. Du coup, je poursuis mon chemin et j’arrive assez vite à mon point de départ. Enfin, je retourne un peu plus haut dans la ville pour rejoindre l’arrêt de bus pour me poser en attendant que le seul et dernier bus du jour arrive pour pouvoir rentrer à Inverness.

Monstre en carton, ville en carton.

Journée (qui s’annonçait) chargée oblige, c’est assez tôt que je me retrouve à la gare routière d’Inverness pour prendre le premier bus que je peux choper pour aller au Urquhart Castle.

InvernessJ2 (1)

Arrivé à destination, je ne traine pas et prend rapidement mon billet pour aller visiter le fameux château, qui au passage sur trouve au bord des rives du Loch Ness. Je zappe complètement et volontairement la partie cafette, boutique de souvenirs,… pour aller du côté de la pelouse qui me sépare du château. A cet endroit, il n’y a qu’une chose intéressante à voir, la catapulte en relativement bon état.

Ensuite, j’entame vraiment la visite du château qui est un bon petit château en ruine, mais pas trop, pour avoir la possibilité de visiter quelques petites pièces. Il y avait pas l’air d’y avoir grand chose à visiter au départ, mais quand on voit à quoi ça ressemblait à l’époque, ça fait pas mal relativiser sur sa destruction partielle.

La visite finie, je remonte vite pour choper le premier bus pour aller à Drumnadrochit, la ville de Nessie et arrivé à destination, je vais directement à l’office du tourisme pour voir s’il est possible de rejoindre à pied ou, à défaut, en bus le mont Meallfuarvovie. Malheureusement, il n’y a pas de bus qui y vont et à pied, il faut 5km juste pour y aller et d’après mon guide l’ascension se fait sur 10km. Donc à la fois trop long à marcher pour moi et pas assez de temps pour faire le trajet aller retour de toutes façons.

Tant pis, j’ai déjà un plan B, donc en attendant, je pars à la recherche d’un resto, que je trouve assez vite, vu le peu restaurants qu’il y a dans cette ville, et c’est pas le meilleur que j’ai fait jusque-là. Il n’a d’ailleurs de restaurant que le nom parce que le service est plus proche d’un bistrot.

Une fois repu, je pars visiter la ville en évitant soigneusement d’entrer dans les attrape-pigeons aux couleurs de Nessie et comme finalement, il n’y a rien à visiter d’intéressant, je vais prendre le premier bus que je n’attend même pas pour une fois pour rentrer à Inverness.

Une fois arrivé, je me dirige vers les bords de la rivière Ness pour aller me balader le long de cette dernière en direction du sud pour rejoindre un endroit conseillé par mon guide, les Ness Islands. Comme leur nom l’indique, ce sont des îles qui se sont formées à un endroit où la rivière est vraiment large et c’est au passage des poumons de la ville parce qu’en dehors des ponts, des luminaires et de bancs, c’est un endroit plutôt sauvage et paisible où se balader.

Plus tard, je finis par ressortir par l’autre rive et par la remonter pour aller visiter un peu les environs proches du centre ville et je rentre enfin après un petit passage habituel au même magasin qu’hier.

L’inverse de ssen.

Ce matin, départ tranquille après le check out, puisque le bus que je prends n’arrive pas très tôt.

Cette fois, il y a un petit changement à Invergarry au milieu de nulle part et heureusement que j’ai vérifié sur le net avant, parce que rien ne dit sur l’arrêt que le bus que je dois rattraper passe par là, il n’y a qu’un abri bus sans panneaux et un renfoncement sur la chaussée avec écrit « Bus Stop ». Avec un peu de retard le second bus arrive et c’est vers ma destination finale que je me dirige, Inverness (au nord du plus célèbre des lacs écossais). D’ailleurs on le voit très vite quand on passe par Drumnadrochit, qui est connu pour exploiter à fond le filon et ça se voit quand on est face à ce qui a l’air d’être un parc d’attraction Nessie.

 

Arrivé à Inverness, je vais directement à l’auberge où je logerais pendant les trois prochains jours après avoir bien fait attention à ne pas partir dans la mauvaise direction. Je redécouvre sur le chemin à tel point les grandes villes ne m’ont pas manquées, avec tous ces gens qui font la gueule et qui se croient tous seuls dans la rue.

Au final, j’ai la bonne surprise de découvrir que l’auberge est vraiment très près du Château d’Inverness, qui n’est pas visitable, mais à défaut j’ai potentiellement la chance d’avoir une jolie vue depuis ma chambre. Le check in se fait sans attendre pour une fois, j’ai même le plaisir de découvrir qu’il y a aussi un service de Laundry, ce qui me débarrasse de la corvée d’aller me trimballer en ville avec mon linge sale.

 

Je sors assez vite pour aller faire mon tour habituel à l’office du tourisme avec une nana qui fait bien la gueule et qui, comme à Fort William, fait très vite son travail pour se libérer vite fait de sa corvée. Au niveau choses à faire, il n’y a qu’un point d’ombre puisqu’elle ne connaissait pas le mont au nom imprononçable où je voulais me rendre alors que sur mon guide il a l’air très proche des lieux où j’irais demain (enfin bref on verra sur place, je serais vite fixé).

Après tout ça, je suis allé faire un tour en ville pour me familiariser avec les lieux et découvrir le centre ville d’Inverness tout en cherchant un resto qui fait du haggis, mais à défaut d’en avoir trouvé, je me suis rabattu sur une pizzeria. J’ai beaucoup aimé la galerie commerçante « Victorian Market » jolie à parcourir, avec son petit train qui circule en hauteur.

Enfin, je suis allé faire un tour chez mes amis de « The co-operative food » pour aller récupérer, entre autres, ma drogue et je suis rentré en longeant la rivière Ness où je pense que je m’attarderais plus pendant un des deux autres jours où je suis là.