Loch/Lac.

La journée démarre très tôt pour moi et après un petit breakfast à base de Thé et de Toast, il est temps de partir prendre le premier bus. Temps d’attente court et trajet rapide entre Balloch et Luss.

Comme j’arrive largement en avance, je me dirige vers les bords du lac Lomond pour prendre deux trois photos et me balader un peu. Je ne tarde pas à partir à la recherche d’un endroit où acheter mon billet pour le bateau qui m’amènera à Rowardennan et c’est dans un Konbini écossais que je le trouve.

Quelques minutes et une prononciation horrible de ma part du nom de ma destination plus tard, le billet était à moi et toujours en avance, je suis allé me balader du côté du ponton d’où il y a une très belle vue sur le lac et l’endroit était quasiment désert. Grand bien m’en a fait puisque j’ai pu en profiter pendant une bonne heure avant qu’une armée de touriste majoritairement chinoise (étonnant pour un lieu qui n’a pas l’air si touristique que ça :op) ne débarque pour troubler la tranquillité des lieux à base de selfie pris majoritairement via smartphone et tablettes.

Une fois le calme à peu près revenu, j’ai pris le fameux bateau pour me diriger vers la dernière destination, qui me permet d’accéder au Mont Ben Lomond. A défaut d’avoir un plan des lieux, j’ai pris le premier chemin que j’ai trouvé pour finir par trouver un stand où j’ai trouvé un plan très vague du mont (image du mont vue de face avec des traits au milieu des arbres qui sont censés représenter les routes praticables à pied).

Je pars à la recherche de la route la plus courte pour le sommet, mais comme je me rend compte que je ne fais que longer la côte, je rebrousse chemin pour aller voir s’il y a quelqu’un dans la maison qui se trouve derrière le stand. Je finis par tomber sur quelqu’un qui en sort et lui demande où se trouve l’entrée de la route où je veux me rendre. D’un naturel assez bavard et poète à ses heures, il ne contente pas de me renseigner et ça finit en discussion (limitée de mon côté becoze i don’t spik inglish very ouel :op). Au final, il me déconseille fortement d’aller par ce chemin, et donc au sommet, parce que ça souffle très fort sur les hauteurs (et je crois aussi qu’il m’a dit que ça neigeait) et m’invite à sa façon à emprunter l’autre chemin, qui me permettra de faire une randonnée, à défaut d’avoir le temps d’aller au sommet où je ne pourrais de toutes façons pas me rendre.

Chemin faisant, je démarre finalement ma randonnée avec grosso-modo une heure de retard sur ce que j’espérais faire. Bon autant le dire tout de suite, ça avait beau être le chemin pour touristes c’était loin d’être simple (peut-être un peu trop difficile pour une première ascension). Le chemin est très accidenté et a des traces fraîches d’averses (donc de la bonne grosse gadoue des familles à certains endroits), et plus je grimpe, plus ça devient difficile, avec à un endroit une partie rocheuse très limite pour du niveau de randonneur du dimanche (et les autres ne s’amusaient pas non plus). A cela s’ajoute de bonnes bourrasques de vent et une averse à partir d’une certaine hauteur.

Le temps passant, je me rend compte que je n’aurais pas le temps d’arriver jusqu’à un des points d’observation du mont, plus accessible que le sommet, et comme je me suis donné une limite de deux trois heures pour l’aller pour ne pas arriver en retard pour prendre le seul bateau de la journée qui me permettra de rentrer, je décide finalement de rebrousser chemin. Malgré que la descente ait été plus rapide, elle était loin d’être facile, d’autant qu’en plus des difficultés dû au terrain s’est ajoutée celle de l’averse qui a bien recouvert les rochers loin d’être peu nombreux, mais au final, je m’en suis sorti sans me péter la gueule (les chaussures un « peu » moins).

 

Etant bien en avance, je suis allé m’abriter de la pluie au seul endroit où je le pouvais, en me reposant un peu au passage. Un peu plus tard, je suis allé me balader un peu près de la côte, histoire de voir ce qu’il y avait, j’ai croisé un touriste à vélo qui cherchait un endroit pour acheter son billet pour prendre un bateau. A défaut de savoir où il y en avait (alors que je devais en trouver moi aussi), je lui ai conseillé d’aller voir à l’hôtel plus au nord où je suis arrivé plus tôt et j’ai pris le même chemin que lui puisque je devais moi aussi acheter le mien. A l’hôtel, je suis allé poser la question à la charmante hôtesse d’accueil, qui m’a dit que le billet s’achetait sur le bateau même et en attendant ce dernier, je suis allé me poser dehors. J’ai croisé rapidement le fameux touriste avec qui j’ai un peu discuté et j’ai appris qu’il venait d’Allemagne (ça ne s’entendait pas contrairement à moi lol).

Finalement, le bateau me ramenant à Luss est arrivé, je ne sais pas pourquoi un type qui a pris le même bateau que moi ce matin, et moi n’avons pas eu à payer (sûrement que le billet était pour un aller retour). Le retour s’est transformé en balade touriste quand l’une des personnes travaillant dans le bateau a fait un descriptif des endroits que l’on longeait avec quelques petites blagues au passage visiblement. Mais bon vu où j’étais placé et vu le brouillard qui tombait sur le lac, rendant la visibilité limite au bout d’un moment, ça n’aurait rien changé que je comprenne ce qu’il disait.

Une fois à Luss, je suis parti à la recherche de l’arrêt de bus pour rentrer à Balloch, j’ai fini par trouver deux touristes hispaniques au bon arrêt, qui cherchaient à se rendre au même endroit et qui m’ont renseignés.

Sur le chemin du retour, j’ai remarqué les arrêts de bus, qui pourraient être ceux que je cherche, pour me rendre à la prochaine étape de mon voyage, mais je pense que j’irais vérifier à pied demain si je ne me trompe pas et pourquoi pas aller me renseigner au club de vacances proche de la route en question.

Au passage, j’ai fait un tour au Konbini du coin pour tomber sur un début de scène de ménage sur une étiquette d’un produit entre une cliente un peu de mauvaise fois, et une vendeuse, qui juste après la fin de la scène, me dit quelque chose que je n’ai pas compris (mais que l’on peut deviner facilement vu ce qui s’est passé), en chuchotant avant de cligner de l’oeil tout en regardant la cliente en question.

BallochJ2 (79)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s