Sea, fish and rain.

On reprend les mêmes et on recommence, retour au même endroit de Tobermory pour prendre un bus, mais cette fois en s’arrêtant plus tôt, à la station Fishnish Ferry Terminal. Pour ne pas rester dans ce trou perdu composé d’une maison, d’un entrepôt et d’un quai pour un seul ferry, je me donne trois heures (jusqu’à l’arrivée du bus suivant) pour en faire le plus possible et ce que je viens faire dans le coin, c’est une balade sur le lieu que je cherchais à atteindre hier (même si là je me retrouve à l’autre bout du sentier).

Pour rejoindre l’entrée, je dois remonter un peu la route d’où je suis arrivé avec le bus et une fois là-bas, je démarre par la première partie du sentier, qui se compose d’une boucle (la seconde partie se trouve de l’autre côté de la boucle et est un sentier qui longe la côte jusqu’à un autre trou perdu, non desservi par les bus), que je ne ferais qu’à moitié pour me réserver la seconde partie pour le retour.

Le sentier en lui-même est assez large et plutôt plat, et il se parcourt assez vite. Rien de transcendant pour l’instant. J’arrive ensuite à l’entrée du second sentier, le chemin se rétrécit vite, il devient plus sauvage, mais pas difficile à parcourir pour autant. A ce niveau, on marche littéralement sur un tapis de verdure et écosse oblige, on peut sentir à certains endroits que la terre est imbibée d’eau, il y a même de la gadoue, heureusement évitable et beaucoup moins salissante qu’à Ben Lomond si on ne fait pas n’importe quoi.

La première partie se fait majoritairement proche des arbres avec une vue par moments du côté de la mer. On finit assez vite par arriver au milieu du petit paradis isolé du reste du monde par les arbres et avec un tapis de mousse bien vert de chaque côté du sentier, et à la fin un petit portique en bois légèrement incliné. Sur la seconde partie de ce sentier, la végétation devient plus clairsemée côté mer et je m’en rapproche de plus en plus même. Enfin, j’y arrive, même si pour vraiment l’atteindre, il aurait fallu que j’ai des bottes et c’est d’ailleurs ce qui m’arrêtera plus tard puisqu’il y a une zone bien inondée. Du coup je reviens jusqu’au banc qui est proche de la plage de galets, pour profiter un peu plus du paysage pendant le temps qu’il me reste et je continue de rebrousser chemin jusqu’à revenir au niveau de la boucle. J’y croiserais le seul promeneur que j’aurais vu de la matinée et sur la fin, je retrouve même un autre endroit paradisiaque.

Pour une fois, je n’ai pas eu à attendre plusieurs heures avant d’avoir mon bus et de retour à Tobermory, je profite d’avoir de bonnes économies les premiers jours pour aller me faire un restaurant, avec une carte de plats forcément en rapport avec les poissons. Je me prendre un plat à base de salade, Haddock pané et frites, accompagnées de leur sauce tartare, et pour finir un petit milkshake d’Oréo.

Une fois bien rassasié, je profite qu’il n’est pas tard pour aller faire une balade du côté d’un sentier que je n’avais pas repéré avant. Le chemin longe la côte et pars vers les hauteurs pour finir par redescendre du côté d’un lac peu fréquenté. J’ai à peine le temps d’en faire le tour que le temps, ensoleillé jusque-là, m’abandonne et au fur et à mesure que je rebrousse chemin, l’averse se fait de plus en plus intense et j’arrive complètement trempé à l’Auberge de jeunesse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s