Seconde chance. Gare à la chute!

Comme pour Nara, je fais de la redite avec Kobe. Je l’avais aussi visité pendant mon premier voyage, je n’avais pas préparé comme il faut ma visite et la ville m’avait laissé froid. Je profite donc (comme avec Nara) du fait d’être obligé de prolonger mon séjour à Osaka pour lui laisser une seconde chance. Je ne dirais pas que cette fois j’ai noté tous les indispensables de la ville, mais j’ai noté quelques points d’intérêts à voir depuis la gare de Sannomiya où on m’a conseillé d’aller pour démarrer une visite dans Kobe.

Une fois de plus, c’était une météo étouffante, typique du Kansai, qui m’attend et arrivé à la gare, je monte tranquillement l’immense boulevard vers le Nord-Est pour découvrir que le premier point d’intérêt se trouve très en hauteur. Heureusement, il y a un téléphérique qui permet d’y aller et grand bien m’en a pris parce que j’aurais pu y passer la journée.

 

Arrivé en haut, on se retrouve dans un décor purement européen et on peut avoir une jolie vue sur la ville. Le lieu où je me trouve est le jardin de Nunobiki. Je ne sais pas quel terme il faut utiliser pour traduire le nom complet parce qu’ils appellent ça en anglais Herb Gardens et le terme Jardins d’herbes me paraît bizarre comme traduction. Tout comme pour le Jardin d’il y a quelques jours, je ne m’y connais absolument par en matière d’herbes ou d’épices, surtout que les noms exacts étaient écrits en japonais et en anglais.

Par contre, je pense que ce n’était pas le meilleur moment pour les admirer. Il y en a pas mal qui paraissaient soit fanées, soit à l’état de jeune pousse. Du coup, le profane que je suis, n’était pas spécialement passionné par ce qu’il voyait sur la première partie où l’on descend une route sinueuse où étaient regroupés à certains endroits ces plantes.

Au bout d’un moment, on arrive devant un bâtiment qui ressemble à trois énormes serres collées les unes contre les autres. A l’intérieur, il y a une partie où sont reproduits de vieilles pièces de maisons européennes, mais surtout françaises à mon avis. Il y a une partie café où je suis allé me restaurer (à voir sur Instagram), il y a une terrasse de l’autre côté qui permet d’avoir une autre jolie vue de la ville et aussi de se détendre quand il ne fait pas aussi lourd qu’aujourd’hui, avec dans une partie bien cachée la possibilité de prendre un bain de pied dans une eau chaude et comme il n’y avait pas foule, j’en ai bien profité (à voir aussi sur Instagram), à côté de deux mamies qui passaient leur temps à se marrer entre elles. Enfin, il y avait aussi une partie jardin en extérieur, que je n’ai pas visité et une serre avec des plantes tropicales, qui m’a déjà plus passionnée que ce que j’avais vu jusque-là.

L’heure tournant à toute allure, j’ai fini par repartir sans vraiment trop m’attarder sur les autres jardins, avec des fleurs cette fois pour finir par arriver à la sortie du parc.

Avant de descendre ce qu’il me restait pour revenir à la civilisation, je voulais voir les chutes de Nunobiki et en regardant le plan, ça semblait mieux de passer par le réservoir pour faire une bonne balade. Du coup, j’emprunte la route de droite, normalement faite pour les voitures. Mais très peu fréquentée en fait, j’y ai vu plus de piétons que de véhicules motorisés. Arrivé au premier raccourci pour rejoindre ce fameux chemin de randonnée, je vois que c’est fermé, sans trop comprendre ce qui est écrit exactement. Pas grave. Je me dis qu’il y aura bien moyen de rejoindre ce chemin plus loin. Mais là rebelote, même panneau. Je me dis que c’est bizarre, parce que ce raccourci ne paraît pas du tout accidenté et je ne comprend pas ce qui peut expliquer ça. Je continue quand même en espérant arriver à la base du chemin, mais là-bas aussi, c’est pareil. Grand grillage cadenassé et grands panneaux annonçants clairement la fermeture du chemin. Je décide de ne pas poursuivre plus loin et voyant une femme dans ce qui semble être un resto un peu plus loin sur la route, je décide d’aller lui poser la question. Elle me dit qu’il y a eu un incident (j’ai pas pensé à lui demander si ça avait un rapport avec les pluies diluviennes) et que des choses sont tombées (et aussi que, si ma mémoire est bonne, le chemin sera réouvert à la fin du mois).

Je rebrousse chemin pour prendre la route de gauche et descendre la montagne. Beaucoup plus bas, je tombe sur une aire de repos pour piétons et une série d’escaliers pour descendre jusqu’à la gare de Shin Kôbe, mais aussi pour aller aux chutes de Nunobiki. J’emprunte le chemin, histoire de, sans trop me faire d’illusions, ayant vu l’escalier pour grimper plus haut barré de la même façon. J’arrive au niveau d’une terrasse où des personnes se restaurent en ayant une vue pas mal obstruée sur les chutes en contrebas. J’emprunte l’escalier à côté pour voir jusqu’où il descend et je me retrouve finalement en bas des chutes avec une bien meilleure vue. J’y reste le temps de récupérer, ayant toujours le souffle court par ces chaleurs.

Enfin, abandonnant les autres visites à cause de la fatigue et du temps que j’aurais pu consacrer à ces lieux, je poursuis mon chemin jusqu’en bas des montagnes, arrivant derrière la gare où le cours d’eau se poursuit, passant en dessous de cette même gare. De chaque coté, une bande de gosses s’amuse et une bande de jeunes font brûler je ne sais trop quoi. Je continue de rebrousser chemin jusqu’à la gare en empruntant de petites rues, histoire de changer de paysage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s