Budget Backpackers.

Le lieu en lui-même n’est vraiment pas évident à trouver et pas seulement la première fois que l’on vient à Edimbourg et il faut obligatoirement un plan pour se retrouver dans ce Old Town à plusieurs niveaux.

 

Cette auberge est vraiment une auberge de jeunesse à part parce qu’elle fait tout ce que font les autres, mais dans un endroit beaucoup plus grand (par exemple moi j’étais dans une chambre à dix lits) et qui fait plus Université qu’auberge. N’ayant pas accéder à la salle des repas, je ne sais pas s’il y a une cuisine ou au moins un endroit avec un frigo pour conserver ses aliments. Pour compenser, il y a des choses en plus: des consignes automatiques, un bar/restaurant, le Kick Ass Café, et il y a des machines à laver accessibles sans passer par le staff. Côté douches, il y a du bon et du moins bon. A certains endroits, c’est la douche zéro intimité avec en plus l’impossibilité de régler la température de l’eau et à d’autres endroits, il y a de vrais cabines où l’on peut poser ses affaires.

 

Malgré la taille du lieu, le staff est aussi compétant qu’ailleurs, l’accueil est différent, mais toujours aussi chaleureux et le personnel, très sollicité est toujours accessible.

Bazpackers Inverness.

Sans plan le lieu en lui-même peut-être difficilement trouvable pour qui ne connait pas la ville, mais une fois ce problème réglé il ne faut pas si longtemps que ça pour aller de la gare routière jusqu’à l’auberge de jeunesse.

 

Dans la droite lignée des bonnes auberges de jeunesse, on se retrouve avec tout le nécessaire pour vivre, la salle en commun est vraiment très jolie et cozy, tout comme la mini bibliothèque, dont je n’ai pas pu profiter, faute de comprendre assez l’anglais et d’avoir assez de temps pour bouquiner, qui a une jolie vue sur le « jardin ». En parlant de vue, il faut quand même signaler celui des chambres du rez-de-chaussée, qui donnent sur la River Ness, la cathédrale St Andrew et en regardant vers la droite, le château d’Inverness.
Une seule chose à dire sur les douches, c’est qu’il manque un petit endroit pour poser ses affaires, parce qu’accrocher ses vêtements ne suffit pas pour moi, surtout avec le fait que le sol des douches est en un bloc, donc un accident peu très vite arriver.

 

Du côté du personnel, j’ai surtout eu à faire à un français, mais il n’a rien à envier aux écossais, les qualificatifs que j’ai utilisé pour décrire les écossais sont valables pour lui.

Portree Indépendant Hôtel.

Comme je l’avais dit au début de mon séjour, niveau accessibilité c’est parfait, c’est à peine à deux pas de la place centrale du village.

 

Sûrement le meilleur des lieux où séjourner en écosse pour les petits budgets à un détail près, l’internet payant. Le reste offre la même qualité de service que les autres auberges. Il y a quand même en plus une cuisine juste énorme, avec plusieurs frigos pour les résidents, qui potentiellement peuvent être nombreux, et j’aime aussi beaucoup les murs repeins avec des couleurs vives. Sinon cette fois rien à redire sur les douches, il y a deux pièces par étages où l’on est complètement isolés des autres.

 

Toujours rien à redire heureusement sur le personnel, toujours accueillants, chaleureux et serviables avec les clients.

Bank Street Lodge.

Pour l’emplacement de l’auberge de jeunesse, si on prend bien la peine de passer par les rues les plus basses de la ville, on peut y être vite, contrairement à moi, qui suit passé par les hauteurs et qui me suis compliqué la vie.

L’auberge en elle-même offre le même type de services que toutes les autres auberges, le frigo est peut-être un poil trop petit pour contenir tout ce que l’on peut y stocker, mais la cuisine en elle-même offre au moins le strict minimum, la salle en commun permet en plus d’y manger, de se voir des DVD, lire des libres, voir quelques infos sur le coin et sur le Loch Ness, et il y a aussi une borne d’un jeu sur la Famille Adams, dont je n’ai pas compris le principe.

 

Comme d’habitude, côté points négatifs, la douche en prend toujours pour son grade, mais bon quand on a la place de faire des vraies cabines et que l’on fait juste des rideaux qui séparent les trois espaces pour prendre sa douche sans rien pour poser ses affaires, faut pas s’étonner que ça plaise pas à tout le monde. Autre point négatif, le nombre de clefs par chambre qui pose vraiment problème quand les trois personnes qui sont dans une chambre ne se connaissent pas et vivent chacun de leur côté comme ce fût le cas le deuxième jour pour moi où je me suis retrouvé sans clef (puisque arrivant en dernier à l’auberge pour pouvoir la récupérer à l’accueil) et étant dépendant des deux autres, qui « heureusement » ne verrouillaient pas la porte.

Dernier point négatif pour moi, c’est au niveau du service de lavage d’affaires, qui aurait pu me perdre un gant de toilette si je n’avais pas vérifié mes affaires et qui m’ont paumés (ou juste jetés bêtement) les sacs plastique qui me servaient à tout transporter. Du coup, j’espère ne pas avoir à me déplacer hors de la prochaine auberge la prochaine fois que j’aurais besoin d’accéder à une machine à laver parce que ça risque d’être difficile.

 

Du côté du personnel, ils sont globalement aussi accueillants, sympathique et tout et tout que tous les autres écossais que j’ai croisé. Rien de particulier à signaler de ce côté-là.

SYHA Tobermory.

Tout d’abord, en ce qui concerne l’accessibilité, c’est pas vraiment l’auberge en elle-même, qui se trouve sur la route principale de la ville, qui est plus ou moins difficilement accessible, mais la ville en elle-même selon d’où vous avez pris votre ferry.

Auberge de jeunesse oblige, le confort est aussi minimal que possible, et celle-là se situe de ce côté-là dans la moyenne de celles que j’ai fait jusque-là. Il y a une cuisine/salle en commun bien équipée et le frugal Breakfast n’est pas mauvais. Quelques petits détails me chiffonnent par contre, c’est l’emplacement des toilettes et des douches. L’une se trouvant sur le palier du premier étage à l’extérieur côté « jardin » et l’autre c’est les douches, qui sont à côté de la réception, que l’on atteint en sortant du même côté et en allant au rez-de-chaussée. L’une des deux a même été placée du côté d’un ensemble de lavabos et toilette sans rien d’autre qu’un rideau de douche vaguement opaque pour la séparer du reste (bonjour l’intimité).

Du côté du personnel, c’est du pareil au même qu’avec ceux de Balloch, des écossais tout ce qu’il y a de plus normal, sympathique, accueillants et toujours à l’écoute et patient avec leurs clients.

Palombo’s of Balloch.

Premier lieu où j’ai logé pendant mon voyage, Palombo’s est un Hôtel vraiment atypique vu de l’extérieur. Il a une partie gauche qui sert de Cybercafé/ réception d’Hôtel, une partie droite qui est un fastfood (étant donné que cette partie est séparée du Cybercafé, je ne sais pas ce qu’ils proposent comme type de sandwich) et les étages supérieurs qui sont le B&B en lui-même.

 

Le lieu est très simple d’accès, il se trouve sur l’artère principale de la ville (cette dernière étant une ville de campagne, vous pouvez imaginer à quoi ça peut ressembler) entre ce que l’on peut qualifier de gare routière et le terminus d’un genre de RER, qui permet d’accéder facilement à cette ville depuis Glasgow.

La chambre en elle-même est tout ce qu’il y a de plus classique pour une chambre d’Hôtel en occident, avec tout ce dont on peut avoir besoin (dont un accès gratuit à Internet) et même une petite machine pour se faire du thé/café/chocolat. Pour pinailler, je dirais quand même que je serais pas contre un lit plus long et un peu plus large et une couverture plus longue pour éviter d’avoir les pieds qui flottent au dessus du sol. Petit détail en plus, au niveau du cybercafé, il est possible d’avoir un breakfast (payant bien évidemment) qu’il soit plus salé comme les anglo-saxons l’aiment ou sucré (à base de jus de fruits, céréales, toast à tartiner avec de la confiture, thé, café,… au choix).

Au niveau du personnel, si on a pas encore été en contact avec un écossais, c’est là qu’on découvre que ce sont des crèmes, toujours chaleureux, très accueillants, patients avec les nuls en anglais comme moi et surtout d’une grande aide pour toutes questions que l’on pourrait se poser ou autres.