La chute des foyers.

S’il y a bien une journée qui devait être calme, c’est bien celle-ci. Déjà je fais le départ le plus tardif de mon séjour pour aller prendre un bus en fin de matinée.

Bus qui, qui plus est, à un petit problème de propreté, donc direction je sais pas où pour aller laver ce qui devait être une déjection avant de pourvoir le prendre direction Foyers, une petite ville à flanc de montagne situé sur l’autre rive du Loch Ness, un peu plus au sud par rapport à Urquhart Castle.

 

A la base, je voulais faire une rapide visite de la ville et faire une balade entre cette dernière et Dores, qui est plus au nord, mais au vu de l’état de la route pour les piétons, de l’heure trop tardive pour avoir le temps de faire le chemin avant l’arrivée du dernier bus de la journée et vu comme ils roulent comme des fous dans les environs, j’ai préféré modifié mon programme.

Avant de mettre en application mon plan b, je pars à la recherche d’un resto pour aller manger, chose vite faite puisqu’il n’y en a qu’un où je suis.

Une fois le repas fini, je n’ai qu’à aller en face pour aller voir les Falls of Foyers, qui comme son nom l’indique est une chute d’eau, mais pas que puisque c’est aussi un grand espace pour faire une petite balade jusqu’à la partie basse de la ville. Bien évidemment, je commence comme tout le monde par aller voir cette fameuse chute d’eau en descendant une longue série d’escaliers. Ensuite, je remonte un peu jusqu’à l’unique intersection pour m’engager sur l’autre voie qui permet de se balader dans les bois. Le sentier est très bien balisé jusque-là et il n’y a qu’à le suivre pour pouvoir voir les lieux sous différents angles. Petit à petit, on peut voir une rivière en contrebas où débouchent les chutes (il y en a d’autres plus loin moins visibles) et les plus aventureux (et acrobates) peuvent même s’en approcher de très près.

Un peu plus tard, j’arrive du côté de la partie basse de la ville, je cherche la suite du sentier, mais ça ne débouche que sur un pont qui est fermé. Du coup, je descend encore plus bas pour rattraper le sentier ailleurs et je finis par trouver un sentier qui va en plein milieu d’une forêt et qui semble être un bout de celui qui est sur le plan, que j’ai bien fait de prendre en photo. J’arrive juste devant le Loch Ness, que je finis par longer avec le sentier pour déboucher sur ce qui a l’air d’être une centrale d’épuration des eaux.

 

Je la contourne en revenant plus sur les terres pour trouver la suite du sentier qui grimpe vers la montagne, je tombe enfin sur un autre plan qui me confirme que j’étais bien sur le bon chemin depuis que j’ai rattrapé le sentier. Du coup, je poursuis mon chemin et j’arrive assez vite à mon point de départ. Enfin, je retourne un peu plus haut dans la ville pour rejoindre l’arrêt de bus pour me poser en attendant que le seul et dernier bus du jour arrive pour pouvoir rentrer à Inverness.

Monstre en carton, ville en carton.

Journée (qui s’annonçait) chargée oblige, c’est assez tôt que je me retrouve à la gare routière d’Inverness pour prendre le premier bus que je peux choper pour aller au Urquhart Castle.

InvernessJ2 (1)

Arrivé à destination, je ne traine pas et prend rapidement mon billet pour aller visiter le fameux château, qui au passage sur trouve au bord des rives du Loch Ness. Je zappe complètement et volontairement la partie cafette, boutique de souvenirs,… pour aller du côté de la pelouse qui me sépare du château. A cet endroit, il n’y a qu’une chose intéressante à voir, la catapulte en relativement bon état.

Ensuite, j’entame vraiment la visite du château qui est un bon petit château en ruine, mais pas trop, pour avoir la possibilité de visiter quelques petites pièces. Il y avait pas l’air d’y avoir grand chose à visiter au départ, mais quand on voit à quoi ça ressemblait à l’époque, ça fait pas mal relativiser sur sa destruction partielle.

La visite finie, je remonte vite pour choper le premier bus pour aller à Drumnadrochit, la ville de Nessie et arrivé à destination, je vais directement à l’office du tourisme pour voir s’il est possible de rejoindre à pied ou, à défaut, en bus le mont Meallfuarvovie. Malheureusement, il n’y a pas de bus qui y vont et à pied, il faut 5km juste pour y aller et d’après mon guide l’ascension se fait sur 10km. Donc à la fois trop long à marcher pour moi et pas assez de temps pour faire le trajet aller retour de toutes façons.

Tant pis, j’ai déjà un plan B, donc en attendant, je pars à la recherche d’un resto, que je trouve assez vite, vu le peu restaurants qu’il y a dans cette ville, et c’est pas le meilleur que j’ai fait jusque-là. Il n’a d’ailleurs de restaurant que le nom parce que le service est plus proche d’un bistrot.

Une fois repu, je pars visiter la ville en évitant soigneusement d’entrer dans les attrape-pigeons aux couleurs de Nessie et comme finalement, il n’y a rien à visiter d’intéressant, je vais prendre le premier bus que je n’attend même pas pour une fois pour rentrer à Inverness.

Une fois arrivé, je me dirige vers les bords de la rivière Ness pour aller me balader le long de cette dernière en direction du sud pour rejoindre un endroit conseillé par mon guide, les Ness Islands. Comme leur nom l’indique, ce sont des îles qui se sont formées à un endroit où la rivière est vraiment large et c’est au passage des poumons de la ville parce qu’en dehors des ponts, des luminaires et de bancs, c’est un endroit plutôt sauvage et paisible où se balader.

Plus tard, je finis par ressortir par l’autre rive et par la remonter pour aller visiter un peu les environs proches du centre ville et je rentre enfin après un petit passage habituel au même magasin qu’hier.

Epilogue: 2 mois plus tard…

Chose promise chose due. Comme je l’avais dit dans le dernier article de la catégorie « Nikki », j’ai fait une série de photos Instagram depuis que je suis de retour en France et en attendant l’arrivée des deux colis que je m’étais envoyé, pour montrer mes achats hors de leurs emballages. Ca va pas intéresser grand chose, mais j’aime faire ça avec Instagram. Et bien sûr, qui dit Instagram avec moi, dit photos prises avec un smartphone, donc de qualité inférieure à mon petit APN auquel je vous ai habitué et qui est lui-même loin de faire des photos de la qualité d’un reflex. En ce qui concerne mes colis envoyé par bateau, ils ont mis le temps (deux mois presque jour pour jour), mais ils sont finalement arrivés intacts et j’ai enfin pu déballer certaines choses que je n’avais pas sorti de leur boîte, avant de faire les fameuses photos que vous trouverez à la fin de l’article.

Autre chose que j’ai eu le temps de faire durant ces deux mois, c’est de regrouper toutes les photos de mon voyage pour en faire divers albums photos que vous trouverez à gauche en cliquant sur « Japon 2013 ». J’ai même ajouté des photos inédites dans l’album « Street Life ».

Sinon pour l’après voyage au Japon, j’avais dit que je ne prévoyais pas de repartir dans l’immédiat et c’est toujours vrai pour le Japon. Par contre, j’ai envie de me faire un voyage dans un pays que je n’ai jamais visité (j’ai l’embarras du choix) sur une plus courte période et avec un budget moins important (Ah! Là, le choix se réduit!), et suite à une discussion avec ma soeur, mon choix s’est porté sur l’Angleterre et l’Ecosse.

Ca n’est pour l’instant qu’à l’état de projet. J’aimerais le faire au mois d’Août 2014, pendant trois semaines et j’ai vaguement décidé des endroits où je pense aller. Londres, évidemment. Peut-être Liverpool ou Manchester. Le Lac du Loch Ness pour l’Ecosse. Pas de quoi remplir les trois semaines, mais je chopperais un guide touristique d’ici-là pour ça et pour voir si le budget de 3000 euros et des poussières que je peux avoir me permettra de tenir pendant trois semaines. Ce qui est sûr, c’est que si ça se fait, je choisirais comme pour le Japon des endroits différents les uns des autres: des grandes villes pour faire mes achats (faut que j’améliore mes connaissances en culture pop anglais d’ici-là en m’achetant au moins du Harry Potter et du Doctor Who)  et de la campagne pour faire de longues balades. Me semble pas que ça soit des pays aussi montagneux que le Japon, mais je veux faire de la randonnée, donc je me contenterais de grandes plaines.

Quoi qu’il en soit, si ça se fait, j’en profiterais pour ressusciter le blog, en l’alimentant (autant que possible) quotidiennement durant ce voyage et je posterais un article quelques jours avant mon départ pour faire le point. En attendant, je vous laisse profiter d’un dernier album photo agrémenté des commentaires  (légèrement modifiés pour certains) que j’avais écrit au moment de tout poster sur Instagram.

See you next time.