Tôkyô Crazy Kawaii 2013

Du 20 au 22 Septembre a lieu un tout nouveau festival, le Tôkyô Crazy Kawaii, au Parc Floral de Vincennes que je connaissais bien pour y avoir passé des Samedi après-midi avec mon père et ma soeur quand j’étais petit et comme je n’ai fait que la journée du Samedi, c’est de celle-là dont je vais parler. Début de week end oblige, j’ai fait une grasse mat’, donc c’est en tout début d’après-midi que je m’y rend. Le chemin est long puisque après avoir bataillé avec mon RER, j’ai un long chemin à pied pour rejoindre l’entrée du Parc Floral, puis un autre long chemin à l’intérieur pour rejoindre l’endroit où se tient l’évènement en question et j’ai même pas le temps de profiter du parc, qui est plus joli que dans mes souvenirs.

Une fois à l’intérieur, je fais un tour d’abord rapide avant de me rendre compte que j’ai du temps devant moi avant d’assister au concert, qui est la seule raison de ma venue au TCK, donc je ralenti le rythme. Premier constat, c’est pas bien grand et ça a l’air un peu vide. Je ne suis pas venu pour dépenser de l’argent que je n’ai pas, donc ça me rassure un peu de voir que pas grand chose ne me tente. En d’autres circonstances, ça m’aurait pas plu, le festival est censé être divisé en plusieurs zones (Shibuya, Harajuku, Akihabara, Tsukiji et Nippon pour le reste du pays), mais à mon avis la plupart de ces zones ne sont pas très fournis en produits/activités qui les différencient des autres. Les deux premières auraient dû être fusionnées, je vois pas trop ce qui faut différencier en matière de mode pour ces deux « quartiers », c’est la même chose Shibuya et Harajuku. Akiba est pas trop otak’. Il y a bien le stand Good Smile et un genre de Maid Café, qui aurait gagné à avoir une carte plus étoffée (parce que 10 euros pour un gâteau qui a l’air minuscule et un polaroid que j’aurais pu prendre étant donné que je suis équipé du même appareil qu’eux, c’est léger et ça aide pas à occuper son temps libre), pour relever le niveau, mais rien n’a relevé mon attention et Nolife aurait dû être mis dans la zone Nippon. Je sais plus s’il y avait des trucs sur le Moe, mais je pense que c’est une bonne piste à suivre et à exploiter pour coller au thème du festival, se différencier des autres conventions et amener un public plus mixe. Tsukiji, c’est juste la zone des resto, donc il y a rien d’autres à faire que de bouffer. Nippon est dans le même cas, ça devait être la zone traditionnelle, mais peu de choses traitant de la chose et peu de villes représentées (Niigata et Fukushima de tête, j’en ai peut-être zappé d’autres).

Bon un point positif pour l’instant, j’arrive à croiser Sakurazuka Yakkun sortant du stand de son groupe et qui fera son concert demain, donc je le verrais pas et j’en profite pour aller lui demander si je peux le prendre en photo. Pour le resituer, c’est l’un des premiers artistes japonais que j’ai découvert en regardant Nolife, j’avais adoré ses clips et même si je pense pas accroché autant à son nouveau groupe, j’aurais bien aimé aller le voir en concert si le ticket d’entrée du festival n’était pas aussi cher (18 euros, pire que Japan Expo).

Sakurazuka Yakkun

Sakurazuka Yakkun

Bref après mon petit tour, je file acheter un CD de Moumoon avant que le stand ne soit pris d’assaut et reçoit après le paiement un ticket pour la séance de dédicace du groupe. Le système de paiement est très bizarre: on nous remet un genre de bon de commande qu’on doit amener à la caisse centrale, qui est ailleurs dans le bâtiment, pour payer. Puis on revient au stand où on était avec un bout du « bon de commande » pour récupérer ce que l’on a acheté.

Ensuite, je sors du côté de la scène pour les concerts au bon moment puisque le concert de Moumoon commence. Peu de temps avant, j’étais allé repéré les lieux et ils diffusaient en boucle une BA sur J-One avec le passage ridicule pour cette chaîne où les Dempagumi.Inc et une autre artiste citaient la chaîne MTV (ça le fout mal pour des personnes qui se la jouent « on a tout fait avant tout le monde » quand c’est des vidéos de MTV Japan qui sont diffusées et pas des vidéos faites par la chaîne elle-même), et on avait aussi un aperçu des artistes présents durant les trois jours (Kumisolo et Live Tune avaient l’air pas mal, j’aurais bien aimé être là le premier jour si c’était pas aussi cher). Autant jusqu’à présent, je n’ai pas été positif avec le festival en lui-même, autant là du côté concert, je vais en dire du bien avant que l’on ne croit que je me suis tout le temps ennuyé. Déjà côté sono, je trouve que c’est mieux réglé qu’à Japan Expo, les basses sont fortes mais pas assourdissantes pour autant. En ce qui concerne la prestation du groupe, elle est tout simplement géniale. Je connaissais déjà un peu les morceaux du groupe via les clips diffusés sur Nolife et là en live, c’est au moins aussi bon à entendre que sur CD. Bien sûr Sunshine Girl et Moonlight sont les meilleurs morceaux du live. La plupart de ceux que je connais sont d’ailleurs joués et les autres sont du même niveau. Les membres du groupe ont la pêche, ils communiquent facilement avec le public, en particulier la chanteuse et promettent de revenir en France pour un autre live un jour.

Après le live, je pars tranquillement dans la file pour la séance de dédicace, j’aurais dû me dépêcher en voyant le monde au stand où j’avais acheté mon CD parce que la file est déjà bien remplie. Heureusement, ça avance assez vite après l’arrivée du groupe, j’essaye de trouver quelque chose à dire au groupe (c’est toujours un problème avec moi pendant les séances de dédicaces, je sais jamais quoi dire lol) en profitant du fait que je parle un peu japonais. J’ai le temps de voir un Nolifien un peu lourdingue devant moi qui parle un peu trop pour pas dire grand chose, il finit même par griller quelques places pour aller discuter avec des Wota sans que personne ne dise rien.

Finalement j’arrive devant les deux membres du groupe (sur quatre) présents, j’ai eu le temps juste avant de donner mon petit papier, de dire mon nom au vendeur de CD et de passer mon APN à la personne du staff qui prend les fans en photos quand ils passent. La séance de dédicace est aussi un Handshake, donc je me retrouve d’abord face à Yuka la chanteuse qui me parle logiquement en anglais et pour une fois, je prend l’initiative de passer au japonais après lui avoir dit bonjour une fois en anglais puis une fois en japonais. Je lui dit que le concert était vraiment bien, elle me remercie et me félicite pour mon japonais par politesse (c’est ce qu’ont fait toutes les japonaises avec qui j’ai vaguement parlé pendant cette journée, c’est pour ça que je dis ça comme ça ^^). Puis vient le tour de Masaki (premier Handshake avec un mec oO), je me retrouve comme un con à pas savoir quoi dire (j’avais prévu de balancer ma réplique pour les deux en même temps), donc je répète à peu de choses près ce que j’avais dit avant, avant que ma timidité ne fasse surface. Je me fais prendre en photo par le membre du staff puis je leurs sert une dernière fois la main comme ils l’ont fait avec les autres, en leur disant de revenir encore une fois en France. Je sais qu’ils l’avaient dit, mais je trouve ça important de leurs faire comprendre qu’il n’y a pas qu’eux qui veulent revenir en France pour faire un autre concert et j’espère que les autres fans ont eu la même bonne idée de leurs faire comprendre qu’ils voulaient les revoir encore et encore en concert. Après tout ça, je les salue une dernière fois, récupère mon appareil et pleure intérieurement en voyant ma tête toujours pas photogénique sur la photo.

TCK2013 (54)

CD dédicacé par Yuka et Masaki du groupe Moumoon.

CD dédicacé par Yuka et Masaki du groupe Moumoon.

Je refais un petit tour pour voir si je pourrais prendre d’autres photos, je fais un saut rapide du côté du concert Vocaloid. Comme j’étais à la séance de dédicace, j’ai raté Gumi, donc je me retrouve devant IA, si je dis pas de bêtises. Je sais pas si c’est du concert holographique, mais j’ai pas trouvé l’appareil qui projette la Vocaloid en question convainquant. Pas assez large pour quelle puisse danser sans être déformée par le verre et trop translucide pour qu’on puisse ne serait-ce que commencer à imaginer la voir vraiment apparaître en vrai, sans compter que je suis pas fan du chara-design et du bout de morceau que j’ai entendu.

Ensuite je ressors pour aller voir les Shônen Knike. Contrairement à Moumoon, je ne connais pas du tout le groupe, donc c’est de la totale découverte et j’en attendais rien à la base. Finalement ce fut une bonne surprise, là où avec Moumoon c’était de la Pop-Rock très douce, on a l’inverse avec ce groupe qui fait dans du rock bien dynamique. Je suis nul pour mettre des groupes dans des cases très précises de types de rock, mais je dirais que celui-ci se situe entre le métal et le punk. Premièrement chose que je vois, c’est que les deux guitaristes/bassistes (je sais pas faire la différence entre les deux instruments, me tapez pas dessus) sont plus toutes jeunes (quadras voir même quinquas), la batteuse étant à mon avis trentenaire, mais ça ne les empêchent pas d’être à fond quand elles jouent et elles se défendent très bien. On a eu droit à tous les canons du genre, du secouage de tête, du « je prend des poses trop classes » et des passages où elles faisaient durer le plaisir en prolongeant le plus possible leur dernière note. La durée des morceaux était troublante, j’ai eu l’impression qu’ils ne duraient pas plus d’une minute (mais intense la minute) et la pause entre les morceaux était très courtes, donc pas facile de savoir quand applaudir.

Après ce très bon concert, je suis reparti faire mes dernières photos (avant de rentrer chez moi), j’ai croisé entre autres celle qui a fait parler d’elle dans les journaux papiers, Kimura U, et une japonaise d’un certain âge qui a flashée sur ma barbe.

En conclusion, je ne sais pas si je peux conseiller ce festival aux rares personnes qui me liront. D’un côté, j’ai adoré les concerts et j’aurais aimé en voir d’autres, il y a par exemple Tsuchiya Anna que j’arrête pas de rater et j’aurais bien aimé voir Julie Watai. J’ai trouvé la partie Shibuya/Harajuku intéressante malgré que je me foute de la mode en général et que je suis pas le public visé pour une raison évidente mais je pense que c’est intéressent pour toutes celles qui aiment cette mode et qui sont à mon avis sous représentées à Japan Expo (j’ai pas fait des tonnes de convention sur le Japon, donc je ne fais que des comparaisons avec cette dernière). D’un autre côté, le salon est minuscule (pas beaucoup plus grand que Paris Manga à Porte de Champerret il y a quelques années), avec pleins d’espaces vides, très peu d’activités et des stands qui m’intéressent pas pour la plupart et surtout un prix d’entrée très cher et pas justifiable au vu de ce que l’on trouve à l’intérieur.

En définitive, malgré tous les points négatifs que j’expose, j’ai passé une bonne après-midi, ça change de faire une convention sans claquer un max de tunes et je pense qu’une journée/après-midi était largement suffisante pour moi (je me serais ennuyé en restant plus longtemps). J’y retournerais seulement si des artistes qui m’intéressent viennent parce que Japan Expo me suffit largement pour les achats et je ne doute pas qu’il y aura une autre édition, c’était pas la folie côté affluence, mais je pense que ça suffit pour une convention de cette envergure et ils compensent bien avec le prix des billets et le prix des produits dispos sur les stands, assez onéreux d’après certains (personnellement, je n’y ai pas fait attention).

Le labyrinthe d’Umeda.

Aujourd’hui, j’ai décidé de migrer un peu en ne faisant pas une visite à Kyôto, mais à Osaka, que j’avais plus que survolé pendant mon premier voyage. c’est donc assez tardivement dans la matinée que je me rend à la gare de Kyôto pour prendre un billet.

Ca semble mal parti parce qu’il y a un peu trop de monde, mais c’est sans compter sur la rapidité des employés japonais. Arrivé au comptoir, j’ai le choix entre deux gares, je choisis Shin Osaka, dont le train passe une bonne demi heure plus tôt que l’autre à Kyôto et même si j’ai le temps de voir venir, je ne traine pas et rejoint immédiatement les quais. Je galère un peu parce que mon train n’est pas annoncé sur les premiers panneaux d’affichages et je choisis de faire confiance aux employés de la gare pour savoir où je dois me rendre. Arrivé sur les quais, je n’attend pas trop longtemps, en laissant passer un train au passage, le trajet lui non plus n’est pas long, puisque Osaka est dans la même région et que je prend un Shinkansen.

La suite est aussi simple, je prend la première ligne que je vois dès mon arrivée à Shin Osaka pour aller à Umeda, le seul quartier de la ville que j’ai vu jusque-là et je me prépare à affronter l’enfer qu’est ce quartier pour se diriger. La raison de ma venue dans ce quartier, c’était d’aller dans deux lieux importants (le second l’est beaucoup moins si vous n’avez pas d’affinité avec cet univers) que je n’avais pas visité jusque-là et donc je ne pensais y faire qu’un bref passage. Je commence donc par chercher l’Umeda Sky Building, un endroit, comme la mairie de Tôkyô entre autres, qui est conseillé parce qu’il a un observatoire qui permet d’avoir une jolie vue sur la ville. Le problème, c’est qu’il n’est pas indiqué sur le plan des environs que l’on peut voir dans le métro.

Pas grave, je prend la première sortie que je vois pour voir si les plans dans la rue m’aident plus et à défaut si je peux le voir de loin. Pour la seconde option, c’est mal partie, il y a pleins de bâtiments et building, qui me bouchent la vue, le plan que je trouve ne m’aide pas plus et ça ne s’arrange pas avec mon plan, où je ne trouve pas indiqué l’emplacement du building en question. Pas grave, je fais le tour du quartier pour y voir plus clair. Toujours rien à l’horizon. Je demande mon chemin en anglais à quelqu’un, parce que je sens que l’explication en japonais sera trop longue et compliquée pour m’aider. Je suis donc le chemin qu’il m’indique, je vois toujours pas le building et traverse complètement le Yodobashi Kamera du coin pour ressortir du côté de ce qu’il semble être une entrée de la station d’Osaka.

Je commence à pester en montant les marches, en me disant que ça doit être tellement évident pour les locaux l’emplacement de ce foutu building qu’ils se sont pas fait chier à le marquer et donc que je dois être trop bête pour trouver quelque chose d’aussi grand. Puis en m’arrêtant près d’une aire de repos, je repère au loin un building qui semble être celui que je cherche. Pour être bien sûr de moi, je demande au premier japonais que je croise si c’est bien l’Umeda Sky Building, il me répond heureusement par l’affirmative. Et ben voilà!!!!

Umeda Sky Building

Umeda Sky Building

Bon par contre le chemin a l’air super chiant, il y a un parking de mon côté, puis plus loin une ligne de chemin de fer qui coupe la route et je ne vois pas de passerelle à l’horizon. Je décide de la contourner par la gauche, ça a l’air moins long, mais c’est long quand même. Finalement après un peu de marche, je réussis à rejoindre le building, il y a deux tours la West et la East. Je vais voir ce que ça donne du côté West. Le cheminement pour atteindre le sommet a l’air assez tordu, je comprends qu’il me faut aller dans la tour East, mais une fois là-bas, c’est pire que ce que je pensais en fait. Il faut ressortir et trouver une entrée qui permette de prendre un ascenseur pour le troisième étage, plus d’aller à une passerelle et ainsi rejoindre la tour West. Puis prendre un ascenseur pour rejoindre le 30 et quelque ième étage et enfin prendre un escalator qui va jusqu’à la tour East… Logique. Non, mais vraiment, j’aime pas du tout Umeda. Si un jour vous me demandez quel est le pire endroit au Japon, la réponse est toute trouvée pour moi, Umeda.

Bref, puisqu’on est là autant suivre leur chemin. Arrivé à l’ascenseur, je découvre avec stupeur que les parois sont totalement en verre. Etant légèrement sujet au vertige, autant dire que je n’ai pas beaucoup bougé pendant toute la montée (d’où le fait que les photos à ce moment-là sont prises d’assez loin par rapport aux parois de l’ascenseur). Au bout du chemin énoncé plus tôt se trouve un comptoir pour acheter son billet pour pouvoir monter d’un étage jusqu’à l’Observatoire en question et juste à côté du comptoir, il y a la traditionnelle boutique de souvenirs. Je la zappe pour le moment pour monter directement à l’Observatoire. La vue ou plutôt les vues, puisqu’il permet de voir à presque 360 degrés autour du building, est magnifique, sûrement une des plus belles vues que j’ai vu jusque-là, je suis plus en confiance et rentabilise bien la visite en prenant mon temps pour faire mes photos et profite bien de l’ambiance distillée par la musique.

Après moultes hésitations, je décide d’aller quand même me prendre une collation, c’est un peu cher pour la taille des parts, mais avec une vue pareille, je ne peux pas ne pas en profiter.

Osaka 2013 (60)

Entre temps, je suis aussi aller faire un tour plus haut à l’air libre pour prendre d’autres photos, c’est déjà bien plus impressionnant, on est surélevé, il fait bien froid et ça vente bien aussi. Enfin, après avoir pris mes dernières photos en utilisant pour une fois mon objectif Fish Eye que j’ai pas touché ou presque depuis que je l’ai, je redescend pour voir ce que fait la boutique de souvenirs. Je pars pas avec l’idée d’acheter quelque chose, mais par curiosité, mais c’est sans compter sur le merchandising en rapport avec  le monde de l’animation et des Jeux Vidéos. Mr Oda et Mr Pokemon, je vous hais! Vous me ruinez! Faites de la merde pour que j’ai pas envie d’acheter le moindre goods à l’effigie de vos oeuvres! Bref, me voilà à sortir mon porte-feuille pour me prendre des straps Pokemon faits en rapport avec la ville et un autre de One Piece sur les dates de naissance.

Ensuite, je redescends la tour pour aller au deuxième lieu qui m’intéresse. Plutôt que de refaire le chemin, je décide d’aller voir à gauche de la tour s’il n’y a pas un chemin plus court que j’avais vaguement entrevu d’en haut et effectivement il y a un tunnel qui passe en dessous des voies de chemin de fer. Ca me rapproche pas mal de l’endroit d’où j’étais parti et de celui où je veux aller, le Pokémon Center d’Osaka. Je ne mets pas bien longtemps à trouver le Centre Commercial où est ce dernier, je prend le premier ascenseur que je vois, mais le bouton indiquant le 13ème étage n’a pas l’air de marcher. Une japonaise m’explique qu’il faut que je change d’ascenseur et effectivement, c’est bien le cas, tous ne vont pas aux mêmes étages. J’attends donc celui de gauche, me rend au bon étage et dès la sortie je tombe de haut. Jusque-là je ne connaissais que celui de Tôkyô, mais là, celui d’Osaka lui met l’amende et pas qu’un peu, il occupe une très grosse partie de l’étage et le choix est fou. Heureusement que je ne suis plus un enfant, le choix devient un peu plus simple du coup.

Je commence donc par jeter mon dévolu sur deux Pokeball, qui semblent contenir des tampons, j’en offrirais une à mon frère. Je trouve aussi le jeu Pokemon Noir 2, je vais quand même le tour avant de me décider et me prendre un sachet de cartes, puis ce que je pensais être une figurine, qui n’est en fait qu’un bloc note. Une fois passé la caisse, je reviens du côté des Gashapon pour en prendre deux, dont une que j’offrirais.

La suite de la visite se passe après avoir repris le métro pour aller à Namba, le quartier comparé à Akiba, mais je comparerais surtout à Shibuya et Harajuku, tellement il y a de fashion victime dans le coin et de boutiques de fringues. La première chose et la seule que j’ai noté, c’est le théâtre des NMB48, mais grosse erreur de ma part, je n’ai pas d’adresse, juste le nom du bâtiment. Evidemment, je ne trouve sur mon plan et sur celui de la ville, mais c’est pas grave, je commence à faire un tour du coin et repère une très longue galerie commerciale et décide de la remonter en passant par un pont bien connu des services. Après je décide de faire demi tour, mais en passant par un autre chemin, qui finit par m’amener à côté du Don Quihote de la ville, je vais une halte à côté et en profite pour tester la croquette (de poisson).

Coroke ou croquette de poisson

Coroke ou croquette de poisson

C’est pas mauvais, mais j’ai toujours un peu de mal à ingurgiter des choses trempée dans trois tonnes d’huile de friture. Plus tard, je décide aussi de faire un tour dans le magasin par curiosité et toujours pas dans l’idée d’acheter, mais j’en ressort avec un Puzzle 3D de Chopper, qui forme une figurine, un bateau One Piece à monter, façon figurine Gundam, un jeu bien connu, dont j’ai oublié le nom, repris sur le thème de Mario, et un artéfact qui ne dira quelque chose qu’aux téléspectateurs de Nolife. J’ai vu aussi quelque chose qui ressemblait à un modèle d’appareil photo pour faire des polaroids que j’ai déjà vu, mais comme j’avais pas assez, je remet l’achat à plus tard.

La journée se terminant, je redescends vers la station de Namba pour reprendre le métro jusqu’à Shin Osaka, puis de nouveau le Shinkansen jusqu’à Kyôto, en n’oubliant pas d’aller faire un tour dans la première boutique que j’ai croisé pour me réapprovisionner.

. Achats du jour:

– Umeda Sky Building:

Osaka 2013 (110)

– Pokemon Center:

Osaka 2013 (109)

– Don Quihote:

Osaka 2013 (108)

J-5: Za bloginning.

Et voilà, un an et demi s’est écoulé depuis mon premier voyage au Japon. Voyage qui s’est révélé riche en découvertes et extrêmement dépaysant. En grande partie parce que c’est celui que je considère comme mon premier « vrai » voyage, comprenez par là que c’est le premier que j’ai fais sans dépendre de personne et que j’ai organisé entièrement, avec son lot d’imprévus et de situations très troublantes et encore nouvelles pour moi où je devais faire le choix entre mon anglais catastrophique et mon japonais balbutiant. Evidemment, ni les déconvenues minimes et inévitables, ni les températures caniculaires n’ont empêchés ce séjour de se révéler excellent et même bien meilleur que j’aurais pu l’imaginer. J’ai pu découvrir un éventail de villes et de paysages variés qui vont de la mégalopole de Tôkyô à la petite ville de campagne comme Kurayoshi. Pas mal de lieux célèbres chargés d’histoire, mais aussi d’autres liés à la pop culture japonaise.

Bref, un court mois plus tard, je rentrais en France la tête pleines de souvenirs, l’ordinateur plein de photos et le compte en banque vide, pas comme ma valise qui avait un petit – pas si petit que ça d’ailleurs, vu ce que j’avais à ramener avec moi – mais surtout avec une furieuse envie d’y retourner et le plus tôt possible.

Après avoir découvert l’été, qui fit de moi la plus grande et lourde crevette sur Terre (et si ce n’est pas la cas, je ne veux pas la croiser pour ne pas faire rétrécir mon espérance de vie à néant ;op), deux choix de saisons s’offraient à moi, l’automne et ses Momijis (Erables) et le printemps avec ses Sakura (Cerisiers) en fleurs. En fait, je n’eus point à me retrouver devant un choix cornélien. Bien que la première option eut été tentante, la seconde se trouva être une évidence à mes yeux, pour qui veut découvrir la plus belle saison du Japon. Printemps 2012 étant trop proche pour pouvoir mettre assez de côté pour y aller un bon mois et demi (au final, j’ai petit à petit réduit la durée de mon séjour à un mois), je décidais de reporter mon second voyage à l’année suivante.

Lire la suite