Mais qui est donc ce détective?

Après une petite galère à l’arrivée à Londres à base de réservation d’une nuit à une auberge de jeunesse faite pour le bon jour, mais pas le bon mois, d’appels infructueux à d’autres auberges par l’équipe de l’auberge et finalement d’une adresse salvatrice d’un B&B, c’est d’un autre endroit plus près de la gare routière de Victoria que je pars (pas trop tard dans la matinée), justement pour aller vers cette dernière pour me débarrasser de mes bagages aux consignes automatiques le temps de faire ma visite de la ville.

 

C’est bien plus léger que je me dirige vers l’enfer infernal alias la gare ferroviaire de Victoria et pire encore, je vais même jusqu’au métro. Après avoir acheté un petit plan de Londres pour faire de la monnaie, je récupère un ticket 1 Day et me dirige vers première étape : Baker Street. Je découvre dès la sortie que le quartier ne fait vraiment pas ancien à l’exception de l’endroit qui m’intéresse, le 221B où se trouve la reconstitution de l’immeuble fictif où vit Sherlock Holmes.

Malgré le monde, l’attente n’est pas si longue que ça et pour une fois je fais le touriste de base en photographiant tout ou presque sans distinction. L’immeuble-musée est constitué au premier étage d’une reproduction fidèle du salon et de la chambre de Holmes, au second de la chambre de Watson et de leur logeuse, au troisième et au quatrième d’un musée où sont rassemblés différents objets liés aux intrigues, et de reproductions en cire de différents protagonistes. Le dernier étage étant simplement la reproduction d’un sous toit d’époque.

Une fois la visite finie, je vais au café ou plutôt à la boutique du musée où je me prend un magnet old school de Sherlock et un poster de la toute dernière série de BBC, donc je suis particulièrement friand, bien que pas à jour à l’heure actuelle.

Retour au Métro pour prendre la direction de Whitechapel. N’ayant pas de guide et ayant vaguement préparé ma journée, je savais d’avance que je ne ferais que survoler certains lieux et donc à ne pas forcément y trouver grand chose. C’est ce qui est arrivé là. Je ne sais pas s’il y a un endroit lié au célèbre Jack l’éventreur à visiter et s’il y en a, je ne le trouverais finalement pas.

Je me contente au final de me balader le long de l’avenue où donne la sortie du métro pour constater que ça ressemble surtout à un Barbès moins crade et moins dangereux en apparence. L’heure du repas approchant, je me rabat sur un Burger King plutôt qu’un resto random que je peux de toutes façons trouver à Paris. Ayant cette fois un assez bon appétit pour en profiter, le verdict est que je préfère les frites de MacDo, mais que je trouve le Whopper légèrement meilleur que les burgers des MacDo français…Evitons de parler de ceux écossais qui, s’il ne sont pas mauvais, ne sont pas du même niveau que ceux français (l’écosse n’est décidément pas la patrie du sandwich surgelé).

Londres2014 (85)

Pour la suite du programme, je reprend le métro pour aller encore plus à l’est, à Upton Park où se trouve le « The Who Shop », magasin de l’immensément célèbre série de SF Doctor Who, dont je n’ai vu malheureusement que quelques épisodes de seulement trois des Doctor, mais que je me promets de voir plus sérieusement lorsque je pourrais investir dans l’achat des Saisons en DVD. Je m’y prend une figurine de Dalek et un Sonic Screwdriver du onzième Doctor.

Une nouvelle fois retour au métro pour partir vers l’ouest cette fois en direction de Piccadilly Circus, que je visite là aussi brièvement en faisant un tour de la place principale et en allant me balader un peu à l’est. Je finis par aller me prendre une glace et me poser sur l’escalier qui entoure la statue d’Eros avec le monde fou qui est au même endroit, dont certains regardent des danseurs de rue faire la danse du Gangnam Style.

J’abandonne cette fois le métro pour aller à pied jusqu’à Buckingham Palace en passant par la magnifique place de Waterloo et ses magnifiques statues.

Je reste un moment pour admirer les lieux et surtout l’immense statue au milieu de rond point.

Par la suite, je traverse le paisible St James Park où ils ont eu la bonne idée de laisser le lac uniquement aux animaux pour les tenir le plus loin possible des personnes mal intentionnées, tout en permettant aux amis des animaux de voir une jolie variété d’oiseaux et même quelques écureuils pas farouches du tout quand quelqu’un à de la nourriture.

N’ayant pas le temps de m’y attarder, je me promets d’y revenir si un jour je me décide à faire un vrai voyage à Londres, et je continue à l’est pour atteindre Big Ben, mais aussi la magnifique abbaye de Westminster. Je m’attarde aussi pas mal du côté de l’abbaye et du grand monument accolé à Big Ben. Je ne sais pas s’il est possible de les visiter, mais pareil si j’y retourne un jour, je tenterais de voir si c’est possible, parce que les parois extérieurs valant déjà le coup d’oeil, l’intérieur doit lui aussi être impressionnant.

Suite à ça, je descend vers le Lambeth Bridge pour remonter le long de la Tamise et admirer le célèbre point de vue photographié par tout le monde de Big Ben et je finis par retourner à la gare de Victoria en passant par le métro.

Je retourne à Burger King une nouvelle fois, je profite aussi du peu de temps qu’il me reste avant d’aller récupérer mes bagages pour aller sillonner les magasins, j’en ressortirais au final avec pas grand chose, une coque de smartphone aux couleurs de la Grande Bretagne et quelques confiseries.

Finalement, je prendrais mon bus direction Paris, avec une bonne heure de retard, à cause du trafic autoroutier gêné par les travaux, pour terminer mon road trip Ecossais/Londonien.