Un dernier tour de Pokemon avant le feu d’artifice final.

Pour ces trois derniers jours, je pense qu’il était mieux de tout raconter dans un seul article tellement il n’y a rien à dire.

Le premier jour, je suis allé faire un tour à Nagoya et comme j’ai voulu ne pas avoir à courir partout, j’ai seulement choisi deux lieux pour y passer ma journée. Le premier est le Château de Nagoya et au final, j’ai n’ai pu que rentrer dans l’enceinte du château, où j’ai pu visiter une immense maison (sûrement d’un seigneur local), puisqu’il est en rénovation.

Le second a été le quartier de Sakae, plus au sud, où j’ai fait des achats au Book Off du coin, au Pokemon Center et au Yokobashi Kamera où je n’ai pu prendre que ce qui est lié au jeu Octopath Traveler.

Le second jour, je suis allé réparer une des erreurs que j’ai fait depuis mon premier voyage, c’est d’aller voir la tour Tôkyô Sky Tree. Le temps étant pluvieux à cause d’un typhon qui s’approchait du Japon, j’ai donc décidé de m’en tenir à la première partie de la tour, qui valait quand même le détour. J’en ai bien profité en ce qui concerne les photos et je me suis pas mal exercé avec le mode Miniatures de mon appareil (dès que vous voyez deux bandes floues verticales ou horizontale, ça en fait partie).

La suite a été écourtée puisque pendant ma pause déjeuner à Akihabara, je me suis rendu compte que mes achats du matin (notamment au Pokemon Center, que j’ai moins apprécié que les autres à cause du monde) avaient été plus que suffisants et que je ne pouvais rien m’acheter d’autre pour ce voyage. Du coup, comme le typhon avait obligé le gros feu d’artifice à être repoussé d’une journée, ma journée s’est terminée là.

La troisième et dernière journée, je suis partie dans la partie Ouest de Tôkyô, loin du centre ville, dans le quartier de Nerima. A la station Oizumi Gakuen où l’on peut trouver des statues chacune liée à un Anime différent.

J’ai enchaîné assez vite en allant manger dans la partie Kabukichô du quartier de Shinjûku avant de finir à Akihabara pour faire quelques derniers achats, puisque l’envoi de colis le matin même m’avait coûté beaucoup moins cher que ce que je pensais.

Finalement, je suis rentré un peu tard à l’hôtel pour me reposer un instant avant de ressortir pour profiter du grand feu d’artifice (un des plus grands du Japon) qui a lieu dans le quartier le long du fleuve Sumida et que l’on peut voir jusqu’à Asakusa.

C’est ici que s’est fini mon voyage puisque je devais prendre l’avion le lendemain pour rentrer en France.

Yamate kudasai!!!

Long trajet qui m’attendait ce matin, avec quatre changements, et tout ça pour atteindre la station Yamate dans un endroit loin de la grosse zone touristique de Yokohama. Ayant déjà fait cette ville au pas de course la dernière fois que je suis allé au Japon, j’avais envie d’aller plus loin pour découvrir une partie de la ville que j’avais manqué, faute de temps.

A peine arrivé j’essaye de me rendre à ma première destination à l’aide de mon « GPS », une mère devant moi me remarque et demande à sa fille (qui parle anglais) d’essayer de me faire retrouver mon chemin. La fille me dit que c’est bloqué par là où j’essaye d’aller et me conseille de prendre un bus.

Je rebrousse chemin et essaye de voir avec un employé de la gare si je peux pas faire le chemin à pied. Il m’indique une route qui me permettrait d’arriver à destination en une demi-heure.

 

J’opte pour cette option et la grimpette est assez rapide à faire pour atteindre le plateau de la colline où je me trouve. La suite est assez simple puisque je me retrouve sur une route souvent plate et bordée de très jolies maisons au style européen.

J’arrive au bout d’un moment au parc Honmokusancho, que j’avais repéré sur mon « GPS », qui est un parc très calme et qui mériterait un vrai observatoire pour avoir une vue sur Yokohama qui vaille le coup parce qu’il y a du potentiel.

N’étant pas mon objectif principal, je l’ai parcouru assez vite et j’ai continué vers le sud en descendant la colline pour arriver à un sanctuaire face à un parc où j’ai pu faire ma pause déjeuner. A ce moment de la journée, je pensais déjà annuler la balade à Chinatown que je voulais faire pour mieux profiter de cet endroit que j’avais fait en coup de vent la dernière fois. Ca m’apprendra à être parti trop tard et à avoir sous-estimé le temps qu’il me fallait pour atteindre Yokohama.

Au final, j’ai fini par atteindre mon objectif : le parc Sankei-en, toujours sous le cagnard qui commence vraiment à être pesant. C’est pas la première fois que je tombe sur ce genre de parc, mais à chaque fois, c’est toujours aussi plaisant de voir un parc aussi bien entretenu et aussi joli. Comme d’autres parcs, il est construit autour d’un plan d’eau et entouré de divers bâtiments anciens liés à des personnes importantes, mais m’attardant plus sur l’architecture que sur les panneaux explicatifs, je serais incapable de dire qui a séjourné ici.

Au fond du parc, il y a une colline où l’on peut voir une petite pagode de trois étages et en redescendant, je suis arrivé au gros morceau, pour ce qui me concerne, de ce parc une immense maison, qu’il était possible de visiter, même si j’étais le seul visiteur dans cette partie du parc.

A ce moment-là, j’avais sérieusement besoin d’une pause, la chaleur et la longue marche à pied commençant à m’achever. En bas de cette demeure, j’ai croisé deux personnes plutôt âgées, qui ont commencés à discuter avec moi, voyant que j’étais bien fatigué et ça a mené à une visite guidé par l’un des deux de cette maison. Malheureusement, je n’ai pris aucune photo de l’intérieur parce que c’est tellement rare de trouver quelqu’un qui comprend mon niveau de Japonais et accepte de s’adapter de lui-même (même s’il a utilisé des mots d’anglais, que je ne comprenais pas forcément pour certains termes) pour me permettre de m’entraîner à ce qui doit être mon plus gros point faible dans cette langue, que je me suis concentré pleinement sur cette discussion. Et ça valait vraiment le coup parce que le lieu est vraiment atypique et les explications étaient vraiment intéressantes. Il m’a montré notamment des cocons de Moth (ça doit vouloir dire Papillon de Nuit en français), qui servaient à l’époque à fabriquer des kimonos (et toujours aujourd’hui pour ceux qui valent très chers) et j’ai pu voir au niveau des poutres du toit une technologie d’époque pour permettre à la maison de résister aux séismes.

Après cette longue et instructive discussion, ma pause au frais (en tout cas au rez-de-chaussée), il était temps de retrouver la chaleur. J’ai fait assez vite le reste du parc, le temps filant à une vitesse folle.

Abandonnant définitivement ma balade à Chinatown, j’ai entrepris pour finir ma journée d’aller directement au Landmark plus au nord. Cette fois, pas question d’y aller à pied (le trajet étant de base beaucoup trop long à faire), j’ai choisit de passer par le bus pour rattraper une ligne de métro, qui me permettrait d’aller jusqu’à la station Minato Mirai, proche du centre commercial où je voulais finir ma journée et qui contient un autre magasin Pokemon Center.

La maison de Gotanda.

Hier étant une journée où j’ai passé mon temps dans les trains pour retourner à Tôkyô, il n’y avait rien à dire.

Aujourd’hui et jusqu’à la fin de mon voyage, les journées vont être très particulières parce que j’ai choisi la plupart du temps un point de chute sans monument ou autres lieu particulier à visiter. Simplement pour m’y balader. Donc il n’y aura pas forcément grand chose à dire, d’autant que j’ai bloqué les derniers jours pour mes gros achats.

Pour la journée du jour, j’ai choisi Ebisu, Meguro et Gotanda, qui sont des coins de Tôkyô collés les uns aux autres. Comme dit plus haut, je ne connais aucun lieu particulier à visiter dans ces « quartiers », je voulais faire des lieux moins connus et moins visités après tous les gros lieux touristes que j’ai fait pendant mes autres voyages, donc j’ai choisi ceux-là sans préparer ma journée.

Sans être vraiment déçu, je dirais que j’en ai pas gardé un souvenir impérissable. En plus de la lourdeur du temps, le terrain était loin d’être plat. J’ai donc terminé ma journée à Gotanda où j’ai pu trouver non sans mal la maison de l’émission de TV Réalité Terrace House et faire de belles affaires niveau Jeux Vidéos en allant faire un tour à un Book Off, que j’ai trouvé par hasard.

Nanzô-in.

Je continue dans la journée calme où j’ai seulement fait une des deux choses que j’avais noté à cause de la chaleur, qui m’a fait abandonner la seconde pour aller voir le nouveau film Pokemon au cinéma à la place.

Avant ça, j’ai pris une ligne locale de train pour aller passer ma matinée au temple Nanzô-in, à l’est de Fukuoka. C’est un temple connu pour son immense statue couchée de Bouddha.

Comme demain, je rentre à Tôkyô, qui est ma dernière étape, je ne suis pas rentré tard, pour m’occuper de mes bagages et me reposer, d’autant que ça sera pas facile de les descendre de deux étages par les escaliers demain matin.

Fukuoka: la ville entre Pokemon et sanctuaires.

Aujourd’hui est plus ou moins un jour off. Je suis donc parti de Kumamoto pour me rendre plus au nord à Fukuoka, une ville où j’étais allé en 2013 et que j’avais eu le temps de bien visiter. Malgré tout, j’ai eu envie d’y retourner cette fois, d’autant que j’ai trouvé de quoi visiter pour demain dans les environs plutôt que dans la ville elle-même.

Pour faire simple pour aujourd’hui, c’était la journée achats : j’ai découvert le Yodobashi Kamera de cette ville, je suis allé visiter le centre commercial Canal City où se tiennent un événement sur Dragon Ball et One Piece dans le même style de ce qu’il y avait pour One Piece au Universal Studio d’Osaka, mais je n’ai vu que le premier. J’y ai aussi découvert qu’il y avait un magasin Yodai Watch (avec aussi d’autres franchises du studio Level 5 comme Pr Layton, Inazuma Eleven ou le tout nouveau Snack World).

Enfin avant de finir la journée en allant au Pokemon Center dans l’immeuble de la gare, qui abrite aussi un grand centre commercial, j’ai fait un tour au sanctuaire Kushida, que j’avais noté (j’ai découvert au passage un galerie commerçante, qui vaut le détour), j’ai fait un autre sanctuaire au sud de Canal City, le Chikuzenichinomiya Sumiyoshi (à vos souhaits), qui vaut encore plus le détour que le premier.

Osaka: Umeda/Namba.

Article particulier cette fois parce qu’aujourd’hui est plus ou moins un jour off, mais j’avais envie de partager quelques photos, en plus de ce que j’ai fait sur Instagram. Pour résumer la journée, je n’ai fait que de la rédite, c’est à dire que je suis allé dans des quartiers d’Osaka que j’avais déjà fait pendant mon dernier voyage, en me baladant d’abord du côté de la gare d’Umeda/Osaka (au Nord de la ville). Surtout au Pokemon Center (la chaîne de magasin Pokemon pour ceux qui ne connaîtraient pas), mais comme je suis tombé par hasard sur le Square Enix Café, qui a une partie boutique, et j’y ai aussi fait le tour. Enfin je suis resté à Dotombori au nord de Namba où j’ai surtout joué à Pokemon Go.