A nous Yokohama!

Bon, c’est normal s’il y a pas d’articles pour la journée d’hier, puisque je n’en ferais pas. Il m’est arrivé une galère qui m’a pourri ma journée, mais il y a heureusement deux choses positives à retenir de cette journée. La première, c’est que c’est la sortie du DVD du dernier concert des Tomato n’Pine et que je suis forcément allé l’acheter avant ma galère et que j’en ai profité pour prendre le second Best Of de fin de carrière de Yui que je voulais me prendre depuis sa sortie. La seconde, c’est que j’ai la chance d’être bien entouré et qu’on a trouvé une soluce à mon problème que j’ai réglé ce matin.

Sait-on jamais quelqu’un dans la même galère que moi pourrait tomber sur ce blog et je me permet de mettre à jour les infos sur les transferts d’argent au Japon avec Western Union.

Déjà la solution donnée ici et ici est toujours d’actualité, mais dans le cas où vous ne connaîtriez pas le quartier de Nihonbashi, j’ai fait des photos pour imager mon explication pour trouver ce fameux bureau de Western Union difficilement trouvable si on a pas le japonais (la langue) avec soi pour s’aider. Pour commencer, je suis logiquement arrivé par la station Nihombashi. Prenez la sortie 12, vous avez le choix entre l’ascenseur et un escalator. Pour la seconde, contentez vous de monter à l’étage avec l’escalator devant vous. Vous arriverez au rez-de-chaussée d’un building. Prenez la sortie juste à droite. Partez par la droite, il y a un carrefour et tournez à droite pour arriver au même niveau que la sortie d’ascenseur,  qui est la plus courte des solutions.

Ensuite allez tout droit, vous avez le pont Nihombashi à deux pas (c’est écrit en kanjis en grand: 日本橋) et vous verrez derrière, le building noir Suruga Bank (là aussi c’est écrit en grand sur le building). Ne faites pas la même erreur que moi en entrant dans ce building, mais continuez tout droit dans le grand boulevard un tout petit peu plus longtemps. Juste après ce building, il y a une toute petite banque liée à la Suruga Bank avec des murs et une enseigne orange bien vive, c’est là que se trouve le bureau de Western Union (c’est pas indiqué, mais c’est bien ça).

Voilà maintenant que mon problème est réglé, je peux me rendre à la gare de Tôkyô pour reprendre le Shinkansen pour enfin visiter Yokohama, ce que je devais faire hier.

J’arrive donc par la station Shin Yokohama, je vais comme à mon habitude chercher un plan de la ville pour voir comment aller au lieu que je veux visiter. Cette fois pas besoin de faire mon programme au dernier moment, puisque j’ai décidé avant mon arrivée au Japon des endroits que je voulais voir dans cette ville et j’ai un sacré programme pour toute la journée. Bon petit problème, le plan de métro du plan de Yokohama est vraiment pourri, c’est tout petite et pas détaillé, je mets vraiment du temps à comprendre comment aller à Yokohama et j’ai apparemment un changement d’après l’employé de la gare à qui j’ai demandé mon chemin.

Arrivé à la station Yokohama, j’arrive toujours pas à comprendre comment je vais pouvoir aller à ma première destination, donc je décide de sortir pour tout faire à pied. Je prend logiquement la sortie Est pour aller plus à l’Est. C’est pas le meilleur endroit pour commencer à découvrir la ville parce que le chemin que je prend se fait au niveau d’autoroute suspendue et que le paysage est vraiment pas beau à voir.

Plus loin, j’emprunte une passerelle pour aller du côté où il y a le Yokohama Blitz (salle de concert où j’aurais pu aller voir pendant mon premier voyage les Buono, si j’en avais eu les moyens à la fin de mon séjour, un peu comme pour les Morning Musume et le série de concert du Nico Nico Dôga de ce week end). Jusqu’à présent, je n’ai pas vraiment eu besoin de mon plan puisqu’on voit le Centre Commercial Landmark depuis la gare ou presque, donc après le Yokohama Blitz, j’ai juste à aller dans sa directement pour voir enfin quelque chose de joli.

Etant donné qu’il est l’heure de manger, la première chose que je fais en entrant dans ce C.C., c’est de chercher un restaurant, que je trouve assez facilement. Je saurais pas trop dire le nom du plat que j’ai pris, mais c’était bien bon, et comme le temps est plus que clément aujourd’hui, j’avais grand soif et j’ai pris en plus un soda au melon.

Une fois restauré, je pars donc à la recherche du Pokemon Center local (sûrement le dernier où j’irais pendant ce voyage) que je trouve très facilement puisque j’ai eu la bonne idée de noter l’étage où aller. Avant ça, j’ai trouvé le magasin du Shônen Jump, juste en face du Pokemon Center. J’ai pas eu trop le choix pour les Gashapon de One Piece puisqu’il en restait deux et cette fois, j’ai récupéré Luffy, que j’avais pas (me reste plus que Zoro, Nami et Robin pour avoir la collection complète) et Brook que j’ai déjà, et je me suis pris en plus un carte 3D dans un distributeur, j’ai eu Brook cette fois.

Alors pour ce qui est du Pokémon Center, il donne l’impression d’être géant, mais en fait, il est légèrement plus grand que les derniers que j’ai visité et il était pas très fréquenté au moment où j’y étais. J’ai décidé d’être plus sage sur mes achats cette fois en prenant seulement les Straps de la Région, une figurine Dracaufeu, trois sachets de cartes (je pensais en avoir pris deux) et un paquet d’autocollants AR de chaque génération de Pokemon et j’ai eu une carte en cadeau.

Ensuite, je suis sorti par le nord parce que j’avais repéré plus tôt quelque chose que j’aurais du mal à qualifier, on va appeler ça une création d’un artiste, qui fait penser à des rails de grand huit. C’est bien plus grand que je le pensais et c’est très joli.

Bref, après tout ça, je suis parti en direction du grand bateau, le Nipponmaru, j’ai abandonné l’idée de le visiter quand j’ai vu les prix et j’ai poursuivi mon chemin vers l’Est. Après avoir consulté mon plan, j’ai opté pour le chemin avec des rails où pas mal de monde se baladais, je suis arrivé du côté d’un bâtiment où se préparait un festival de bouffe Allemand, un peu mal placé à mon sens, les deux bâtiments qui l’entourent  font vraiment camps de concentrations. Je les ai d’ailleurs contourné pour arriver au bord de la baie où l’on voit de loin un pont qui a un faux air de Rainbow Bridge, le pont qui permet d’aller à Odaiba, mais ça ne peut pas être lui puisque celui-ci va jusqu’à Yokohama.

Je vais dans sa direction en continuant vers l’Est où il y a une autre construction d’artiste un peu fou, qui sert aussi de port, je crois, c’est à la fois très bizarre et très joli à voir et c’est impossible à prendre en photo en entier sans hélicoptère, donc j’arrive qu’à avoir des petits bouts.

En revenant sur mes pas, je trouve un distributeur de boisson qui vends des cannettes Dragon Ball, donc j’en prends une et je continue encore vers l’est pour traverser le parc Yamashita, qui me permet d’aller à la Tour Marine un peu plus loin. La tour a pas l’air grande et le ticket pour aller jusqu’à l’observatoire est pas donné pour ce que c’est, mais j’y vais quand même, c’est aussi peu évident de prendre des photos qu’à la tour de Nagoya, mais la vue est jolie et j’ai la chance d’avoir un ciel très photogénique d’un côté de la tour.

Une fois redescendu, je vais vers ce que je pensais être ma dernière étape de la journée, le Chinatown de Yokohama.

Là pas beaucoup de chemin à faire puisque c’est à côté de la Tour. Bon autant le dire tout de suite, les gens du 13ème ont intérêt à se bouger le derrière pour arriver au niveau de Yokohama parce que même si à certains endroits ça fait un peu toc, l’architecture du quartier est vraiment top et on est vraiment dans un Chinatown (les chinois parlent même super bien le japonais ;op). J’ai pas pu entièrement profiter du quartier puisque  j’ai rien dépensé dans les restaurants assez nombreux et les boutiques avec pleins de choses amusantes à prendre, mais je suis quand même resté pour voir les enseignes s’allumer.

J’avais prévu de rentrer plus tôt à la base, mais comme la nuit est tombé, j’en ai profité pour revenir au Landsmark par métro cette fois en passant par la station Motomachi pour arriver à la station Bashamichi proche du Landsmark. Je suis allé un peu n’importe où puisque j’ai pris la première entrée que j’ai vu et le premier ascenseur pour aller le plus haut possible. Après plusieurs changements qui ne m’ont permis d’aller que jusqu’au 47étage de ce qui semblait être la partie hôtel, je redescends au premier étage et va demander mon chemin à un agent qui me conduit au troisième où je dois payer le billet qui me permettra d’aller à l’Observatoire.

Bon en fait, il est au second étage parce que je prend un escalator pour descendre (super logique comme cheminement), le billet fait bien mal au porte monnaie, c’est le plus cher que j’ai payé jusqu’à présent, mais bon c’est le moment où jamais d’y aller. Autant le retour du 47ème étage au 1er était violent, mais là c’est plus rapide avec l’ascenseur pour aller au 68ème et avec la lumière qui baisse, on a vraiment l’impression qu’on va décoller du Landsmark pour arriver sur la lune. :op A ce fameux étage, c’est une ambiance de bar luxueux qui nous attends et il aurait mérité d’avoir moins de lumière ce bar parce que pour faire des photos de nuit c’est la galère avec les reflets sur les vitres, mais ça semble mieux passer avec l’objectif fish eye.

Une fois les photos faites, je redescends au cinquième pour arriver côté centre commercial, ça tombe bien, je vais récupérer de quoi manger au supermarché et me dirige avec mon plan, que j’ai encore pris le temps de déchiffrer, pour aller à la station Sakuragicho, qui me permet d’aller à Shin Yokohama sans changement. Enfin à Shin Yokohama, je reprends le Shinkansen dans le sens inverse pour arriver à Tôkyô et rentrer chez moi en allant à la station Asakusa.

Yokohama2013 (187)

SaKaE48.

Depuis le dernier article posté, me voilà de retour à Tôkyô pour une dernière semaine de voyage avant mon retour en France.

Ce matin, je n’ai pas trop trainaillé puisque je profite encore du JR Pass jusqu’à Dimanche pour ressortir de Tôkyô et pour commencer la semaine, je vais assez loin. Mais commençons par le commencement. Je me rend donc à la gare de Tôkyô en profitant gratuitement de la Yamanote-Sen (merci JR Pass) et malgré la taille de la gare, je trouve assez facilement le guichet pour prendre mon ticket pour Nagoya. Cette fois encore, c’est un train terminus à Tôkyô que je prends, donc il est déjà là quand j’arrive sur les quais, je rentre un peu trop vite dans la rame parce que je suis la jeune femme devant moi qui rentre aussi trop vite. Je profite du voyage pour continuer ma partie de Fantasy Life où je commençais à être bloqué depuis un moment et là au même moment, j’ai trouvé comment déménager, continuer le scénario et changer de Life (métier). J’étais Mage jusqu’à présent et me voilà Mineur, et j’ai la possibilité maintenant de choisir n’importe quel autre métier, donc j’en ai encore pour des dizaines d’heures avant d’en voir le bout. Me reste d’ailleurs plus qu’à trouver le moyen de blesser sérieusement les gros boss de chaque zones.

Bref, trève de digressions, deux bonnes heures plus tard, me voilà arrivé à la gare de Nagoya, je récupère rapidement le plan de la ville et me dirige vers le métro Higashiyama. Sur les quais, je regarde mon plan pour voir ce qu’il y a d’intéressant dans la ville, j’ai bien quelques endroits que j’ai noté, mais comme je me donne deux bonnes après-midi pour faire toutes les choses importantes, je vérifie que je n’ai rien zappé. Soudain le métro arrive, mais ne s’arrête pas devant moi et me voilà à courir pour atteindre la première rame. Nan, mais c’est quoi ces quais de trois kilomètres de long pour un métro à six rames!!!!

Deux stations plus tard, j’arrive à la station de Sakae, j’essaye de sortir le plus près possible de ma première destination, mais ça ne change pas grand chose puisque je ferais un détour le temps de me repérer dans ce grand carrefour. Je trouve finalement le Sunshine Sakae, pas si bien caché avec sa grande roue (un centre commercial avec une grande roue?!), je prends par erreur l’ascenseur qui ne mène nulle part et me rabat sur l’escalator. Au second étage, je rate presque le théâtre des SKE48 (le dernier que je dois voir puisque je suis allé durant mon premier voyage jusqu’à l’escalator infranchissable du Don Quihote d’Akiba où se trouve le théâtre des AKB48) tellement c’est mal indiqué.

Bon pas de chance, c’est fermé, ça a même l’air en travaux et il y a pas de Shop SKE48, donc je poursuis ma balade jusqu’au troisième étage où se trouve un Tsutaya. Je vois très vite qu’une grosse partie du magasin est faite pour la location et que les SKE sont bien mises en avant. A défaut de trouver un T-Shirt, je me rabat sur le dernier single du groupe (en édition CD+DVD pour me pas manquer à mes habitudes), je fais aussi un tour du côté des jeux vidéos pour me prendre la pochette protectrice pour ma PS Vita, que je veux me prendre depuis que je suis au Japon, et j’utilise un peu de monnaie pour me prendre un strap Vocaloid dans un distributeur de Gashapon.

Ensuite, je retourne au Centre Commercial que j’avais repéré à ma sortie du métro, le Oasis 21, pour trouver le second magasin que je veux visiter (certains auront déjà devinés duquel je parle), je descend sur la grande place où doit se dérouler, si je dis pas de bêtises, tous les ans le World Cosplay Summit (la finale d’un concours mondial de Cosplayers). J’essaye de trouver un plan qui m’aidera à trouver ce que je cherche.

A défaut d’y voir plus clair je remarque qu’il y a aussi un magasin du Shônen Jump, que je trouve assez rapidement, lui, j’y fais un tour rapidement (j’ai de toutes façons assez acheté de produits dérivés, donc je suis moins tenté) et j’en profite pour essayer de récupérer les Gashapon One Piece, dont j’espère réunir la collection complète d’ici la fin de mon voyage (j’en ai 4 et il m’en manque 5). Premier essai. Ah! Franky! Chouette, je l’ai pas! Plus que 4. Second essai. Mince Chopper, je l’ai déjà. Troisième essai. Re-mince, encore Franky. Dernière essai, parce que j’ai plus de monnaie. Encore Chopper. Ok, va falloir se lancer dans le troc pour les avoir tous, s’ils me la jouent comme ça les distributeurs de Gashapon.

Bon me voilà reparti pour chercher ce fameux magasin, je finis par aller voir une nana du stand Informations. D’après ses indications, il faut que je sorte et que je redescende la rue, ce que je fais, je finis par me demander si j’ai pris le bon chemin. Puis je vais voir un peu par hasard le panneau qui indique le magasin de l’immeuble/Centre Commercial où j’arrive. Coup de bol, il est indiqué, je vais donc au bon étage, mais en sortant, c’est bizarre, mais je débarque dans un étage avec des magasins comme ceux des Galeries Lafayettes. Ultra luxueux et qui ne vendent que des montres et bijoux. Me serais-je trompé d’étage. Bon tant pis, j’en fais le tour et découvre un couloir qui permet d’aller dans l’immeuble d’à côté (donc c’est une tour un peu comme la mairie de Tôkyô). Bonne nouvelle, il est de nouveau indiqué et je suis le parcours fléché dans cet étage rempli de mini-boutiques de luxe pour femmes et enfants.

Finalement j’arrive au Pokemon Center de Nagoya (faut vraiment pas suivre mon blog depuis le début pour être surpris à ce moment-là ;op), il est à peu près aussi grand que celui de Fukuoka, mais agencé différemment, mais par contre qu’est-ce qu’il est vide de monde, il y a plus d’employés que de clients et les pauvres, ils essayent de s’occuper comme ils peuvent, en faisant entre autres des annonces. J’en fais le tour pour d’abord me prendre les straps de cette région, puis je prends deux sachets de cartes, dont un que je garde pour moi, et après moultes hésitations, j’opte pour une boîte avec des gâteaux et un magazine Pokemon. Puis viens la moment d’aller à la caisse, la première caissière m’invite prestement à aller à sa caisse (ah, elles ont l’air de s’ennuyer), elle me demandera si je veux des sacs plastiques en cadeau, je lui dit que non et elle m’en mets quand même (pourquoi demander alors).

Je retourne après au Oasis 21 puisqu’il est plus que temps d’aller manger et que je veux me trouver un resto là-bas. Rien ne m’intéresse, donc j’opte pour le Mc Donalds, mais pour prendre des recettes locales, ça tombe bien, il y a un burger qui reprends le plat dont j’ai oublié le nom et qui se fait avec l’enfant et la mère de la même espèce (donc du poulet avec de l’oeuf) et ils font une glace au Macha (je deviens un peu accro aux friandises au Macha, je vais pleurer de pas pouvoir en trouver en France).

Nagoya2013 (26)

La fin de l’après-midi approche (oui, je mange n’importe quand :op) et il me reste une dernière chose à faire. Enfin deux, parce que je décide d’aller au dessus du Centre Commercial, où il y a une grosse paroi en verre. Bon la vue sur les environs est pas super géniale, mais vers l’intérieur, on peut enfin comprendre à quoi servaient les choses mises sur la grande place. En fait au milieu de l’endroit où l’on se trouve, il y a un plan d’eau avec très peu d’eau et en regardant à travers cette eau, on voit le centre commercial en contrebas comme s’il était un aquarium ou la mer avec ses bancs de poissons.

Enfin, je profite d’être à côté de la tour de Nagoya pour aller y faire un tour. Bon, elle est pas super jolie et assez petite. Imaginez la Tour Eiffel en moche. Non pire, imaginez la tour de Tôkyô en supra moche et bah c’est ça la tour de Nagoya, mais comme c’est la seule occasion de voir cette ville de haut, j’y vais quand même. C’est aussi vide que le Pokemon Center. Arrivé au troisième étage, j’ai pas le temps de voir les portes de l’ascenseur s’ouvrir que deux nanas m’accueillent à coup de « bienvenue (enfiiiiiin quelqu’un!!!!!! »). Je prend rapidement mon ticket tout seul comme un grand à la machine, on me remets tout aussi rapidement le guide en anglais et je me dirige enfin vers le second ascenseur qui monte de 90 mètres (ouah, ça vend du rêve! :op).

Bon, c’est vraiment pas un bon endroit pour faire des photos parce que c’est plein de petites fenêtres et pour prendre ses photos en format paysage, faut vraiment pas s’éloigner et pas évidant de choisir son angle. Je me prépare à redescendre, quand je vois qu’il y a un escalier qui mène à une « terrasse ». En fait c’est juste l’étage au dessus à l’air libre, mais protégé par des grilles, donc moins pratique pour les photos, mais je m’essaye quand même à des photos avec mon objectif fish eye, avant de vraiment redescendre.

Je me dirige à nouveau vers le métro pour faire le chemin inverse vers la station Nagoya, puis pour reprendre le Shinkansen vers Tôkyô. Malheureusement, cette fois, je ne peux pas en profiter pour continuer ma partie, ma batterie de 3DS me lâche très vite, donc je profite d’avoir mon IPod avec moi pour écouter de la musique et m’assoupir un petit peu.

Arrivé à Akihabara, je décide de m’y balader plutôt que de rentrer, les lumières de Ginza sur le chemin du Shinkansen m’ont rappelés que je ne pourrais plus voir tout ça d’ici une bonne semaine et j’ai eu un léger coup de blues. J’ai bien entendu rien acheté, je me suis contenté de flâner dans les magasins et de voir si je pouvais trouver les figurines de Magi, qui sont censées être sorties et que j’aimerais ramener à ma soeur, mais décidément, ça va pas être facile de les trouver. J’essaye aussi de retrouver de distributeur de Gashapon sur le même Manga, mais il est trop tard et certains magasins ont fermés. Pour finir, avant de vraiment rentrer à Asakusa, je passe comme à mon habitude au Konbini du coin où je trouve aussi une très jolie figurine Gundam (faudrait que j’en récupère aussi une montable avant de rentrer en France).

Cheerleaders, Château en toc et film de mariage.

Et voilà, le dernier jour de mon périple dans le Kansai commence et avant de sortir, puisqu’on est Dimanche, je fais la lessive et je joue à Tetris avec ma valise.

La matinée passée, je vais à la gare pour voir si je peux aller à Osaka, le tremblement de terre date de la veille, mais sait-on jamais, il est peut-être plus grave que ce que l’on pense. Tout ce que j’en sais, c’est ce qui ressort des JT, hyper alarmiste, qui envoient leurs reporters sur le terrain pour montrer le moindre objet qui a bougé et en en faisant des tonnes, comme d’habitude. Bon, ça se passe très bien puisque non seulement, j’ai pas à faire la queue (pour une fois ;op) et que le Shinkansen est en marche, donc c’est en direction de Shin Osaka que je me rend.

Autre jour, autre lieu et cette fois, je fais un changement à Hommachi pour prendre la Chuo Sen vers l’est jusqu’à Morinomiya où se trouve la château d’Osaka (ou plutôt Osaka-Jô). Je sors à côté du parc que je traverse et soudain je tombe sur un groupe de vieux pervers qui photographient des nanas qui font les cheerleaders. Par pur professionnalisme, je viens abaisser la moyenne d’age pour que les médisant arrêtent de dire que c’est des vieux pervers. ;op Je poursuis mon chemin en remarquant que le parc est bien animé, il y a même des musiciens, ça lui donne un petit air de Yoyogi. Plus loin, je tombe sur un autre groupe de vieux pervers qui photographient une femme tout aussi perverse. Bon là je peux rien pour eux, je suis là pour le château, pas pour sauver des âmes impures.

Après avoir traversé cet océan de perversité, j’arrive totalement pur devant le château, je vais payer ma dîme et fais la queue comme ceux qui sont devant moi. Puis j’entends une annonce qui parle d’ascenseur. QQQQQQUUUUUUUUEEEEEEUUUUUUAAAAAAHHHHHH!!!!!! Un ascenseur dans un château!!!! C’est bien ma veine, c’est le premier château japonais que je visite et c’est du toc. Je commence à comprendre pourquoi ils veulent pas qu’on photographie le 3ème et 4ème étage, c’est pour garder la supercherie secrète. ;op

Bref, j’ai payé donc je rentre à l’intérieur et fait mon guerrier en allant directement au dernier étage à pied par les escaliers. Après avoir rendu l’âme à cause des escaliers, je peux enfin admirer la vue sur Osaka assez impressionnante, d’autant qu’il y a du vent et pas beaucoup de protection, donc mon vertige reprend du poil de la bête. Je poursuis la visite en descendant les étages pour découvrir que l’intérieur du château a été transformé en musée. Bon je suis pas très musée, surtout quand il y a beaucoup de texte dans deux langues que je maitrise pas assez, donc j’ai zappé la plupart des étages, les derniers (enfin les premiers si on part du bas) sont plus intéressants parce qu’il y a des vieilles armures et de grands objets exposés.

Au sortir de la visite, je me dis qu’il est temps de manger un petit quelque chose (bah ouais, il est un peu 15h et j’ai rien avalé depuis ce matin), je vais voir ce que font les stands dans l’enceinte du château et tombe d’accord avec moi-même (comme toujours ;op) pour me prendre ce qui ressemble à des dangos, mais qui sont cuits différemment.

Osaka 2013 (141)

Même si j’ai demandé au type qui tient le stand le nom précis de ces Dangos, j’ai complètement oublié, et d’ailleurs quand je lui ai demandé il a poursuivit en me parlant, sûrement de la cuisson ou de sa sauce, mais j’ai rien compris. Heureusement, je l’ai poker-facé (oui, oui du verbe poker-facer ;op) en faisant comme si je comprenais pour pas le faire répéter et il a rien vu, à moins qu’il ne m’ait contre poker-facer. Dans ce cas-là, je suis cuit. Mais bon, j’étais tellement bon qu’un couple s’est mis à me dire quelque chose avec un grand sourire, peut-être pour me féliciter de quelque chose, mais j’avoue que j’ai rien compris. Donc j’ai continué mon poker-face à défaut de pouvoir faire mieux. A moins qu’ils ne m’aient aussi contre poker-face. Dans ce cas là, je suis re-cuit ou cuicui.

Ceci est un message de l’amicale des blagueurs pas drôles: ce blog est sponsorisé par Jean Roucas et les Grosses Têtes, vous pouvez à tout moment être en contact avec des blagues d’un goût douteux. Dans ce cas-là, ne vous faites pas de souci et ignorez le responsable.

Une fois restauré, je  sors du parc par la sortie la plus à l’ouest et me dirige vers Nipponbashi en partant un peu n’importe où, puis en m’aidant de mon plan. Ca ne m’empêche pas de me perdre au début, puis je pars en direction de ce qui semble être le bon chemin, je consulte quand même les plans minuscules de la ville pour me diriger, mais ne reconnais rien qui ne ressemble à ce que je vois sur mon plan. C’est fou, il y a trois noms de rues au Japon et ils sont pas foutus de les noter sur les plans qu’on récupère.

Au bout d’un moment, je me rend compte que je suis arrivé dans le quartier de Tenno ou Tenno-Ku, je me fais aborder par des japonais qui passent en voitures et qui voient que je suis perdu et là, une conversation assez difficile pour moi commence à base de mélange entre l’anglais parlé par l’un des trois et de japonais pour d’autres. Ils finissent par comprendre que je veux aller dans le quartier de Nipponbashi pour me balader, même si à la base ils pensaient que je voulais aller à Namba quand ils ont vus le rond que j’ai fait du côté du théâtre des NMB48. Pendant que l’un cherche le chemin sur son GPS, un autre me demande si il peut me filmer, je comprends pas trop pourquoi, mais je vois rien d’autre à dire que « oui ». Il essaye de me faire dire quelque chose en japonais que je comprends pas (enfin si je comprend le Omedetô, donc je suis censé féliciter quelqu’un). Puis on passe à l’anglais et je comprends que l’un de ses amis se marie et qu’il essaye de ma faire dire un truc du genre « félicitations pour votre mariage » (sans le mot mariage, que je connais). Bon, ils vont bien se marrer les mariés parce que je suis pas du tout à l’aise devant la caméra, mais bon, je voyais pas de raison valable de refuser et puis ça fait une jolie anecdote à raconter. Bref, ils finissent par m’indiquer le chemin, assez simple au final: aller à droite au niveau du quartier 6 de Uehonmachi.

Comme il se fait tard, je me dit que j’aurais de toutes façons pas le temps de le visiter, donc je me contente de traverser Nipponbashi d’est en l’ouest pour aller directement à Namba, je tombe sur le chemin sur le AKB48 Cafe&Shop du coin, je le zappe vu que je veux limiter mes achats à ce que j’ai prévu, et je tombe aussi sur une loterie gratuite devant un Game Center Taito, je me dis que j’ai le temps d’y participer et vais faire la queue pour tourner une machine et gagner le droit de prendre trois choses, qui semblent être des barres de biscuits aux céréales (je les ai pas ouvert à l’heure où j’écris ces lignes).

Arrivé dans le quartier de Namba, je remonte la galerie commerciale qui mène à Dotombori pour aller m’acheter au Don Quihote l’appareil photo pour faire des photos polaroids que j’avais repéré et je prend aussi des boîtes de polaroids après avoir eu du mal à me faire comprendre avec les vendeurs. Entre temps, je me rend compte que j’ai perdu mon plan entre Nipponbashi et le Game Center Taito, donc j’ai suis vainement retourné sur mon chemin pour voir si je le retrouvais. Tant pis, j’ai fais le reste de mes recherches sans, je me trompe même un peu de chemin en arrivant à Namba par une galerie commerçante qui ferait pâlir Kappabashi (si vous voulez monter un resto ou juste cuisiner, il y a tout ce qu’il vous faut dans cette galerie).

Après Don Quihote, j’essaye de trouver le théâtre des NMB48 qui semble se trouver dans le coin, c’est très difficile sans plan, la nuit arrive petit à petit et je décide demander mon chemin à des japonais, mais je reste bredouille, il ne connaissent pas le Yes Namba et encore moins les NMB. Non, mais sérieux, c’est juste le groupe soeur des plus grosses vendeuses et elles viennent de NaMBa, le quartier où je me trouve, même pas un qui a une poussée de nationalisme pour connaitre un groupe local, qui est loin d’être inconnu. Plus tard, je me retrouve dans une autre galerie commerçante et je tombe sur un magasin qui vend des produits dérivés des Johnies, des AKB48…et même des NMB48. Logiquement, elles devraient pouvoir me renseigner, donc je pose la question à une vendeuse. Le Yes Namba ne lui dit rien. Ah! Je suis mal parti! Bon on va essayer de voir en lui parlant des NMB. Ah! Là ça marche mieux! Elle sort du magasin et me dit que c’est à droite après le Game Center. Ouf! Je rentrerais pas bredouille. Je finis par le trouver. Bon il est fermé, donc j’aurais pas grand chose à prendre en photo et puis je me rappelle qu’il y a aussi un magasin.

Cette fois, je prend pas le risque de me perdre et je vais demander à un flic, qui me conduis bien gentiment au magasin, qui se trouve pas loin de celui des AKB (quel boulet je fais, je suis sûrement passé devant sans le voir). Il est réputé pour être souvent fermé, mais là je le trouve ouvert, donc j’en profite pour chercher un petit truc à acheter. Je demande au vendeur s’il a un set de photos de ma Oshi: Yamada Nana. Malheureusement, ils n’ont rien, donc j’essaye de voir s’ils ont autre chose à vendre et il me sort un T-Shirt tout moche. Bon tant pis, vu le mal que je me suis donné, je ne peux pas repartir sans rien, donc je l’achète, je fais une croix sur le KFC que je voulais me faire, vu le peu d’argent qu’il me reste et part chercher un magasin de souvenirs qui font des douceurs pour que je puisse acheter un présent pour ma Sensei, qui vient d’Osaka. J’en trouve un assez vite et fais mon achat. Je me rend compte que je suis à côté de Dotombori et comme il fait bien nuit, j’en profite pour aller prendre en photo la célèbre illumination de Glico et redescend la galerie dans l’idée de rentrer, puisque j’ai pu me réapprovisionner entre temps avec ma Suica Card, que je peux maintenant utiliser dans les Konbinis en dehors de Tôkyô.

Je reprend donc le même chemin en métro de Namba à Shin Osaka, je vais pour prendre mon billet de Shinkansen, mais l’agence est fermé….et il est que 20h. C’est pire que ma ville Osaka ou quoi? Je vais à l’étage supérieur pour trouver un comptoir pour japonais qui me permet de récupérer mon billet et je ne tarde pas à rentrer à Kyôto pour finir cette dernière journée dans le Kansai.

En conclusion de ce séjour à Kyôto, j’en retiens que j’ai pu profiter de la ville autrement, la première fois, j’ai tout fait en quatrième vitesse pour voir tous les coins célèbres à un tel point que j’en ai négligé certains que j’ai fait trop rapidement. J’ai pu passer plus de temps dans ces endroits cette année et visiter la ville à un rythme plus lent et plus calmement, à l’image de cette ville. Même si je pense que je reviendrais à Osaka pour découvrir d’autres quartiers, j’ai pu cette fois en profiter comme je voulais. La première fois, j’arrive sans rien réserver et je m’étais retrouvé à faire un séjour trop court, donc à ne pas voir grand chose de la ville pour ne pas dire rien. A partir de demain, je vais aussi corriger un autre regret que j’ai eu pendant mon premier voyage en allant dans une ville que j’ai pas pu visiter parce que je n’ai pas trouver d’hôtel où séjourner, ce qui ne sera pas le cas cette année puisque tout est réservé.

. Achats du jour:

Osaka 2013 (198)

La secte du masque.

Exceptionnellement, j’ai décidé de m’accorder une matinée de repos à cause de mon état fiévreux de la veille au soir. C’est donc bien après tout le monde que je suis sorti pour me diriger vers la gare pour prendre le premier train pour Osaka. J’en ai profité pour passer à un konbini prendre le stricte nécessaire pour faire parti de la secte des masques.

Il faut savoir qu’au Japon quand on est malade et aussi quand on ne veut pas attraper le rhume des autres, on porte un masque dans le genre de ceux qu’on voit dans les hôpitaux par respect pour les autres (quelque chose qu’on néglige souvent en France) et étant légèrement malade, je me devais de me plier à cette tradition. C’est très étrange de la porter au début, mais comme personne me regardait de travers et n’y faisait même pas attention, j’ai fini par m’y faire, même si c’est un peu pourri pour les binoclards comme moi, vu que je me retrouve avec de la buée sur les verres.

Bon après cette aparté, revenons à nos moutons, donc arrivé à la gare, je me retrouve à faire la queue, il y a beaucoup plus de monde, je vois sur l’écran tout proche qu’il y a eu un tremblement de terre cette nuit et qu’une partie du trafic des trains a été stoppé et je crois même que celui que je devais prendre est compris dedans. Ah bah, ça explique peut-être le gros bruit de chute que j’ai entendu cette nuit, mais bon comme j’étais KO, si le séisme a été ressenti ici, je dormais trop bien pour l’entendre.

Bref, arrivé au comptoir, je demande mon billet et là je comprends vite que je pourrais pas aller à Osaka. Le trafic du Shinkansen est interrompu et la seconde solution est payante, donc je ressors bredouille. J’ai pas le papier où j’avais noté le nom d’une petite ville du côté du lac Biwa où je comptais me rendre demain et il est trop tard pour changer mes plans pour aller dans une autre ville ou un autre endroit de Kyôto (de toutes façons, je ne sais pas ce que j’ai pu oublier de visiter en lieu célèbre).

Du coup, ça va être journée farniente aujourd’hui, je fais ce que j’aurais dû faire plus tôt: visiter les deux temples qui sont proches du lieu où je réside. Je commence par celui se trouvant à l’est, je mets un peu de temps à en trouver l’entrée, parce que je l’ai contourné par l’Ouest, ça me permets tout de même d’assister à un spectacle rare: des hérons qui volent comme des fous près de l’enceinte du temple et même un qui vient faire le beau pour être photographié.

Arrivé à l’entrée, je découvre avec horreur qu’il y a un mélange entre le temple (enfin une partie de son enceinte et sûrement un ou deux bâtiments) avec un truc en tôle qui ressemble à un entrepôt. Bon heureusement le bâtiment principal est à peu près épargné, donc je m’y rend. C’est bien dommage que l’on ne puisse pas prendre des photos de l’intérieur de ce dernier parce que la structure en bois est vraiment magnifique (ça a été restauré assez récemment à l’échelle de l’histoire du temple, donc ça se comprend), ça rappelle un peu le Todai-Ji de Nara en plus petit. Ensuite, je fais un tour autour du bâtiment principal pour finir par entrer dans ce qu’ils appellent une galerie, mais vu comme c’est vide, je sais pas trop comment l’appeler. Bref, comme c’est calme et que je ne vois passer pas grand monde pour ne pas dire presque personne, j’y séjourne un peu  et en profite pour sortir ma 3DS et m’essayer à Pokémon Noir 2, que j’ai pas touché depuis que je l’ai acheté.

Bon, je finis quand même par en sortir au même moment où arrive une armée de nénettes en tailleurs et tout et tout (sûrement des étudiantes de l’Université pas si lointaine de la ville).

Ensuite, je suis ressorti pour me diriger vers le temple de l’Ouest, il a été plus rapide à visiter celui-là, puisque plus petit et sans possibilité d’aller à l’intérieur du bâtiment principal.

Finalement, j’ai fait un tour au Konbini du coin pour me prendre quelque chose à manger, malgré l’heure tardive pour déjeuner, et craquer « légèrement » sur les figurines de One Piece avant de rentrer à Tour Club. Je profiterais du temps qui m’est impartie pour m’avancer un peu dans mes articles, celui-ci et un second qui devrait être posté demain, ça me permettra de me coucher tôt pour une fois et en plus j’ai une journée chargée demain.

Le labyrinthe d’Umeda.

Aujourd’hui, j’ai décidé de migrer un peu en ne faisant pas une visite à Kyôto, mais à Osaka, que j’avais plus que survolé pendant mon premier voyage. c’est donc assez tardivement dans la matinée que je me rend à la gare de Kyôto pour prendre un billet.

Ca semble mal parti parce qu’il y a un peu trop de monde, mais c’est sans compter sur la rapidité des employés japonais. Arrivé au comptoir, j’ai le choix entre deux gares, je choisis Shin Osaka, dont le train passe une bonne demi heure plus tôt que l’autre à Kyôto et même si j’ai le temps de voir venir, je ne traine pas et rejoint immédiatement les quais. Je galère un peu parce que mon train n’est pas annoncé sur les premiers panneaux d’affichages et je choisis de faire confiance aux employés de la gare pour savoir où je dois me rendre. Arrivé sur les quais, je n’attend pas trop longtemps, en laissant passer un train au passage, le trajet lui non plus n’est pas long, puisque Osaka est dans la même région et que je prend un Shinkansen.

La suite est aussi simple, je prend la première ligne que je vois dès mon arrivée à Shin Osaka pour aller à Umeda, le seul quartier de la ville que j’ai vu jusque-là et je me prépare à affronter l’enfer qu’est ce quartier pour se diriger. La raison de ma venue dans ce quartier, c’était d’aller dans deux lieux importants (le second l’est beaucoup moins si vous n’avez pas d’affinité avec cet univers) que je n’avais pas visité jusque-là et donc je ne pensais y faire qu’un bref passage. Je commence donc par chercher l’Umeda Sky Building, un endroit, comme la mairie de Tôkyô entre autres, qui est conseillé parce qu’il a un observatoire qui permet d’avoir une jolie vue sur la ville. Le problème, c’est qu’il n’est pas indiqué sur le plan des environs que l’on peut voir dans le métro.

Pas grave, je prend la première sortie que je vois pour voir si les plans dans la rue m’aident plus et à défaut si je peux le voir de loin. Pour la seconde option, c’est mal partie, il y a pleins de bâtiments et building, qui me bouchent la vue, le plan que je trouve ne m’aide pas plus et ça ne s’arrange pas avec mon plan, où je ne trouve pas indiqué l’emplacement du building en question. Pas grave, je fais le tour du quartier pour y voir plus clair. Toujours rien à l’horizon. Je demande mon chemin en anglais à quelqu’un, parce que je sens que l’explication en japonais sera trop longue et compliquée pour m’aider. Je suis donc le chemin qu’il m’indique, je vois toujours pas le building et traverse complètement le Yodobashi Kamera du coin pour ressortir du côté de ce qu’il semble être une entrée de la station d’Osaka.

Je commence à pester en montant les marches, en me disant que ça doit être tellement évident pour les locaux l’emplacement de ce foutu building qu’ils se sont pas fait chier à le marquer et donc que je dois être trop bête pour trouver quelque chose d’aussi grand. Puis en m’arrêtant près d’une aire de repos, je repère au loin un building qui semble être celui que je cherche. Pour être bien sûr de moi, je demande au premier japonais que je croise si c’est bien l’Umeda Sky Building, il me répond heureusement par l’affirmative. Et ben voilà!!!!

Umeda Sky Building

Umeda Sky Building

Bon par contre le chemin a l’air super chiant, il y a un parking de mon côté, puis plus loin une ligne de chemin de fer qui coupe la route et je ne vois pas de passerelle à l’horizon. Je décide de la contourner par la gauche, ça a l’air moins long, mais c’est long quand même. Finalement après un peu de marche, je réussis à rejoindre le building, il y a deux tours la West et la East. Je vais voir ce que ça donne du côté West. Le cheminement pour atteindre le sommet a l’air assez tordu, je comprends qu’il me faut aller dans la tour East, mais une fois là-bas, c’est pire que ce que je pensais en fait. Il faut ressortir et trouver une entrée qui permette de prendre un ascenseur pour le troisième étage, plus d’aller à une passerelle et ainsi rejoindre la tour West. Puis prendre un ascenseur pour rejoindre le 30 et quelque ième étage et enfin prendre un escalator qui va jusqu’à la tour East… Logique. Non, mais vraiment, j’aime pas du tout Umeda. Si un jour vous me demandez quel est le pire endroit au Japon, la réponse est toute trouvée pour moi, Umeda.

Bref, puisqu’on est là autant suivre leur chemin. Arrivé à l’ascenseur, je découvre avec stupeur que les parois sont totalement en verre. Etant légèrement sujet au vertige, autant dire que je n’ai pas beaucoup bougé pendant toute la montée (d’où le fait que les photos à ce moment-là sont prises d’assez loin par rapport aux parois de l’ascenseur). Au bout du chemin énoncé plus tôt se trouve un comptoir pour acheter son billet pour pouvoir monter d’un étage jusqu’à l’Observatoire en question et juste à côté du comptoir, il y a la traditionnelle boutique de souvenirs. Je la zappe pour le moment pour monter directement à l’Observatoire. La vue ou plutôt les vues, puisqu’il permet de voir à presque 360 degrés autour du building, est magnifique, sûrement une des plus belles vues que j’ai vu jusque-là, je suis plus en confiance et rentabilise bien la visite en prenant mon temps pour faire mes photos et profite bien de l’ambiance distillée par la musique.

Après moultes hésitations, je décide d’aller quand même me prendre une collation, c’est un peu cher pour la taille des parts, mais avec une vue pareille, je ne peux pas ne pas en profiter.

Osaka 2013 (60)

Entre temps, je suis aussi aller faire un tour plus haut à l’air libre pour prendre d’autres photos, c’est déjà bien plus impressionnant, on est surélevé, il fait bien froid et ça vente bien aussi. Enfin, après avoir pris mes dernières photos en utilisant pour une fois mon objectif Fish Eye que j’ai pas touché ou presque depuis que je l’ai, je redescend pour voir ce que fait la boutique de souvenirs. Je pars pas avec l’idée d’acheter quelque chose, mais par curiosité, mais c’est sans compter sur le merchandising en rapport avec  le monde de l’animation et des Jeux Vidéos. Mr Oda et Mr Pokemon, je vous hais! Vous me ruinez! Faites de la merde pour que j’ai pas envie d’acheter le moindre goods à l’effigie de vos oeuvres! Bref, me voilà à sortir mon porte-feuille pour me prendre des straps Pokemon faits en rapport avec la ville et un autre de One Piece sur les dates de naissance.

Ensuite, je redescends la tour pour aller au deuxième lieu qui m’intéresse. Plutôt que de refaire le chemin, je décide d’aller voir à gauche de la tour s’il n’y a pas un chemin plus court que j’avais vaguement entrevu d’en haut et effectivement il y a un tunnel qui passe en dessous des voies de chemin de fer. Ca me rapproche pas mal de l’endroit d’où j’étais parti et de celui où je veux aller, le Pokémon Center d’Osaka. Je ne mets pas bien longtemps à trouver le Centre Commercial où est ce dernier, je prend le premier ascenseur que je vois, mais le bouton indiquant le 13ème étage n’a pas l’air de marcher. Une japonaise m’explique qu’il faut que je change d’ascenseur et effectivement, c’est bien le cas, tous ne vont pas aux mêmes étages. J’attends donc celui de gauche, me rend au bon étage et dès la sortie je tombe de haut. Jusque-là je ne connaissais que celui de Tôkyô, mais là, celui d’Osaka lui met l’amende et pas qu’un peu, il occupe une très grosse partie de l’étage et le choix est fou. Heureusement que je ne suis plus un enfant, le choix devient un peu plus simple du coup.

Je commence donc par jeter mon dévolu sur deux Pokeball, qui semblent contenir des tampons, j’en offrirais une à mon frère. Je trouve aussi le jeu Pokemon Noir 2, je vais quand même le tour avant de me décider et me prendre un sachet de cartes, puis ce que je pensais être une figurine, qui n’est en fait qu’un bloc note. Une fois passé la caisse, je reviens du côté des Gashapon pour en prendre deux, dont une que j’offrirais.

La suite de la visite se passe après avoir repris le métro pour aller à Namba, le quartier comparé à Akiba, mais je comparerais surtout à Shibuya et Harajuku, tellement il y a de fashion victime dans le coin et de boutiques de fringues. La première chose et la seule que j’ai noté, c’est le théâtre des NMB48, mais grosse erreur de ma part, je n’ai pas d’adresse, juste le nom du bâtiment. Evidemment, je ne trouve sur mon plan et sur celui de la ville, mais c’est pas grave, je commence à faire un tour du coin et repère une très longue galerie commerciale et décide de la remonter en passant par un pont bien connu des services. Après je décide de faire demi tour, mais en passant par un autre chemin, qui finit par m’amener à côté du Don Quihote de la ville, je vais une halte à côté et en profite pour tester la croquette (de poisson).

Coroke ou croquette de poisson

Coroke ou croquette de poisson

C’est pas mauvais, mais j’ai toujours un peu de mal à ingurgiter des choses trempée dans trois tonnes d’huile de friture. Plus tard, je décide aussi de faire un tour dans le magasin par curiosité et toujours pas dans l’idée d’acheter, mais j’en ressort avec un Puzzle 3D de Chopper, qui forme une figurine, un bateau One Piece à monter, façon figurine Gundam, un jeu bien connu, dont j’ai oublié le nom, repris sur le thème de Mario, et un artéfact qui ne dira quelque chose qu’aux téléspectateurs de Nolife. J’ai vu aussi quelque chose qui ressemblait à un modèle d’appareil photo pour faire des polaroids que j’ai déjà vu, mais comme j’avais pas assez, je remet l’achat à plus tard.

La journée se terminant, je redescends vers la station de Namba pour reprendre le métro jusqu’à Shin Osaka, puis de nouveau le Shinkansen jusqu’à Kyôto, en n’oubliant pas d’aller faire un tour dans la première boutique que j’ai croisé pour me réapprovisionner.

. Achats du jour:

– Umeda Sky Building:

Osaka 2013 (110)

– Pokemon Center:

Osaka 2013 (109)

– Don Quihote:

Osaka 2013 (108)

Des torii, encore des torii, toujours des torii.

Bon il est temps de passer aux choses sérieuses. Après une semaine à Tôkyô en terrain plus que connu, il me fallait bien à un moment partir voir d’autres villes et je commence doucement avec une autre ville que je connais, mais dont il me reste des endroits touristes à voir, Kyôto.

Comme pour Tôkyô, avant les visites il faut déjà se rendre dans la ville en question, et donc après avoir bouclé ma valise ce matin, j’ai quitté mon appart en emportant le plus important avec moi, je retrouverais le reste à mon retour pour finir mon voyage. C’est en directement de la gare de Tôkyô que je me suis rendu, j’ai cherché l’endroit où faire changer mon JR Pass dès mon arrivée là-bas, mais comme c’était dans la zone qui était en travaux lors de mon premier voyage, je n’ai plus mes repères et me retrouve à la même sortie que j’avais emprunté il y a quelques jours, à essayer de voir où se trouvait le bureau.

Après quelques recherches je finis par tomber sur un bureau pour voyageur, mais ce n’est pas ce que je cherchais. Heureusement l’hôtesse me guide vers le bon endroit, qui se trouvait en face d’où j’étais, je fais donc changer mon pass grâce à deux hôtesses, l’une très jolie avec une frange comme je les aime, et l’autre avec un accent anglais amusant, pour avoir le JR Pass normal. Bien sûr, je prend tout de suite mon billet pour Kyôto et ne tarde pas à me rendre sur les quais. Le chemin est assez long et me prend du temps parce que la gare en elle-même est un vrai labyrinthe. Heureusement que l’on peut compter sur le sens du service infaillible des japonais pour ne pas se perdre.

Une fois dans le train, me voilà parti pour deux grosses heures de trajet en Shinkansen, qui auraient pu être parfaite si je n’avais pas une valise aussi grosse. Du coup je me retrouve avec les genoux écraser contre cette dernière et comme je suis placé côté couloir, je dois en plus me déplacer de temps en temps pour laisser sortir les personnes à côté de moi.

Finalement, j’arrive en début d’après-midi à Kyôto, je connais plus ou moins le chemin pour aller à l’auberge de jeunesse où je logerais pendant mon séjour dans le Kansai, j’ai juste eu besoin du plan pour la seconde moitié parce que le coin est plein de petites rues et que je suis monté trop tôt pour arriver directement dans celle qui m’intéresse. J’ai fait un passage éclair à Tour Club (le lieu où je loge), le temps de laisser ma valise et de mettre dans mon sac les affaires donc j’ai besoin pour ma sortie.

Ensuite, je retourne à la gare de Kyôto pour aller chercher un plan de la ville à l’office du tourisme, il y a du monde, mais comme il y a pas mal de comptoirs, je n’attends donc pas longtemps et j’en profite pour vérifier que je peux utiliser ma Suica Card dans les métros (c’est quelque chose d’assez récent, avant il fallait acheter un ticket à chaque trajet, autant dire que c’était pas pratique). Comme le milieu de l’après-midi arrive trop vite, j’abandonne l’idée d’aller au Fushimi Inari à pied et opte pour le métro, je fais l’erreur de prendre la première entrée de métro que je vois, mais tant pis, je décide avec l’aide de mon plan de me rapprocher le plus possible et de faire le reste du trajet à pied. Jujo a l’air d’être la station la plus proche. Je m’y rend donc. J’utilise le plan du métro pour ne pas sortir n’importe où et me rapproche du lieu où je me dois me rendre. Heureusement, le chemin est facile à retenir, pas trop long et le coin a beaucoup de charme, je suis passé en une demi-journée de la jungle de Tôkyô à un lieu très calme et un peu vieillot, typique de la campagne japonaise.

Je zappe vite fait la première partie de Fushimi Inari, que j’avais déjà vu lors de mon premier voyage, pour aller voir le plan de l’ascension. Je vois qu’il faut deux heures pour faire le grand tour, ça va faire juste, vu l’heure qu’il est et je dois aussi ne pas rentrer trop tard pour faire le check-in. J’entame donc l’ascension qui est assez simple au début. Pas beaucoup d’escaliers et c’est plutôt de la pente douce, j’arrive assez vite à l’intersection où tout se joue.

  • Soit on décide d’aller à gauche et d’emprunter la petite boucle des petits joueurs, ce que j’avais fait la première fois à cause des vapeurs chaudes qui remontaient après une grosse averse que je me suis pris et le temps en général qui faisait que j’avais le souffle court (ceux qui sont allés au Japon en été savent de quoi je parle).
  • Soit on va à droite et c’est la grande boucle. Le chemin de la mort. Là où tout s’arrête et ce qui en a visiblement fait souffrir certains.

Comme je suis un fou, un guerrier de l’extrême (dit-il maintenant que c’est fini ;op), je tente le tout pour le tout et prend celui de droite. L’ascension se poursuit plus difficilement les séries d’escaliers se succèdent et on a droit à tout: de l’escalier très bas et trop large empêchant presque de les faire deux par deux, à l’escalier assez haut et endommagé. Je fais une bonne partie du chemin en respirant assez fort (mais bon, ça peut pas me faire de mal, c’est que de la forêt ici), j’ai les mollets qui commencent à souffrir un peu, puis plus rien, mais c’est pas ce qui m’arrête, je vais même plus vite que les personnes que je croise.

A chaque intersection, j’essaye de prendre le chemin le plus long, même si c’est pas toujours évident de se repérer, je m’attend à tout moment à une vue imprenable sur Kyôto, mais au final, je ne l’ai eu en partie qu’assez tôt lors de cette ascension. Finalement, le chemin ne monte plus et je me retrouve à faire la seconde moitié en descente. C’est d’ailleurs la plus sympa à faire parce qu’on est encore plus isolé de la civilisation et qu’il n’y a pratiquement personne sur cette partie. Faut dire que quand je vois comment certains sont habillés, je me demandais ce qu’ils venaient faire là et s’ils sont pas super frileux (ou alors c’est le nekketsu du randonneur qui brûle assez en moi pour que je sois le seul en T-Shirt ;op).

Bref après l’effort, le réconfort, je rejoins tranquillement la grande intersection où se trouve des petits bouibouis, j’en profite pour prendre la glace de la victoire et finis tranquillement, mais fièrement avec tout mon égo déployé, la descente. J’en profite pour faire un détour par le chemin des faibles, histoire d’en rajouter, et profite d’un des stands à l’entrée pour me prendre un Taiyaki.

Je rejoins plus vite la ligne JR, proche du temple, en passant me réapprovisionner au Konbini du coin. De retour, à Tour Club, je vois qu’il y a déjà du monde qui vient faire son check-in et je comprends vite que les résidents actuels sont en majorité des français. Finalement, vient mon tour, je tombe sur le tenancier le plus loufoque (soit il est gay, plutôt une caricature de gay ultra maniéré, soit il a un égo énorme, tellement il est à fond dans sa présentation des lieux), je découvre au court de la présentation que les proprios ont changés, ce qui explique le fait que je n’en reconnaisse aucun et le fait que l’organisation des lieux a changés et s’est même amélioré pour ce que j’ai vu.

Enfin, j’ai commencé à m’installer juste après ça, j’en ai profité pour me restaurer et faire connaissance avec quelques unes des personnes occupants la même chambre que moi. En plus du français, j’ai découvert qu’il y avait un australien et un anglais, j’ai croisé aussi deux asiatiques avec qui je n’ai pas parlé, donc je ne sais pas d’où ils viennent.